Consulter un medecin

Scolioses et déviations vertébrales

La scoliose est une déformation complexe de la colonne vertébrale : Elle est dépistée par l’existence d’une gibbosité, visible de dos lorsque l’enfant se penche en avant. C’est le bilan radiologique qui en affirme l’importance.

La scoliose est le plus souvent idiopathique, c'est-à-dire sans cause reconnue (70 % des cas). Seules 10% sont susceptibles d'évoluer. Elle affecte plus particulièrement les filles (5 à 6 filles pour 1 garçon), parfois dans un contexte familial. Le risque majeur d’une scoliose est son aggravation, surtout à la puberté.

Les scolioses importantes entraînent des complications à l’âge adulte liées au déséquilibre rachidien. Elles peuvent occasionner des compressions nerveuses en cas de scolioses lombaires, ou encore une insuffisance cardio respiratoire secondaire à l’aggravation de la déformation thoracique.

Toute scoliose en période de croissance nécessite donc un suivi spécialisé et un traitement si elle est évolutive. Le suivi doit être réalisé par un spécialiste et nécessite la réalisation de radiographies. La cabine EOS permet de réaliser des radiographies du tronc pour une faible dose d’irradiation. 
Le seul traitement reconnu en cours de croissance est le port d’un corset correcteur (traitement orthopédique). Pour les enfants pris en charge, les corsets sont fabriqués grâce à un moulage optique et la CFAO - capteur optique. 

Lorsque la déformation est trop importante et/ou échappe au traitement orthopédique, un traitement chirurgical peut être proposé pour stopper l’évolution de la déformation et prévenir les complications qui surviendront à l’âge adulte. Cette chirurgie est le plus souvent décidée en fin de croissance. Elle consiste à redresser la colonne vertébrale en réalisant une fusion vertébrale pour maintenir la correction.

Les équipes des HCL sont spécialisées dans cette chirurgie délicate nécessitant un environnement médicochirurgicale expérimenté.

In utero, des déformations vertébrales peuvent survenir et occasionner des malformations vertébrales plus ou moins complexes qui ont un potentiel d’aggravation au cours de la croissance. 

Ces malformations vertébrales peuvent s’inscrire dans le cadre de maladies génétiques ou d’associations malformatives (cardiaques, rénales, digestives) qui requièrent une prise en charge spécialisée et pluridisciplinaire.

En cas d’aggravation en cours de croissance, un traitement orthopédique peut être proposé mais son efficacité est aléatoire.

Le traitement chirurgical précoce peut alors être justifié, soit pour corriger l’anomalie (résection d’une hémi vertèbre) soit pour favoriser la croissance vertébrale tout en guidant la colonne vertébrale (tige de croissance).

La colonne vertébrale présente des courbures physiologiques (normale) dont une cyphose dorsale et une lordose lombaire. L’hypercyphose vertébrale est l’accentuation de cette cyphose physiologique par trouble de croissance des vertèbres thoraciques et/ou thoraco-lombaires.

Cette pathologie est source de douleurs rachidiennes, de raideur et de préjudice esthétique qui perdureront à l'âge adulte.

Le diagnostic est confirmé par la radiographie de la colonne vertébrale qui montre une souffrance des zones de croissance (irrégularités des plateaux vertébraux) responsable d’une déformation du corps vertébral. 

Le traitement est avant tout orthopédique. Il associe kinésithérapie, et parfois un traitement orthopédique qui vise à améliorer la posture, soulager les douleurs et prévenir l’aggravation de la déformation en période de croissance - plâtre et corset anti cyphose sur mesure.

Le traitement chirurgical n’est réservé qu’aux formes graves et/ou syndromiques (Willi-Prader, Marfan, maladies métaboliques…).

La spondylolyse est une perte de continuité de l'isthme articulaire situé entre les deux apophyses articulaires supérieure et inférieure de l'arc vertébral postérieur. Elle survient classiquement au niveau de la 5e vertèbre lombaire et peut être unilatérale ou bilatérale. Lorsque la vertèbre au-dessus de la lyse isthmique glisse vers l’avant, on parle de spondylolisthésis

Sa survenue peut être favorisée par la morphologie rachidienne et/ou par la pratique de certains sports à haut niveau, en particulier la GRS, le football ou la natation (plongeon).

Elle est le plus souvent asymptomatique (5 à 10% de la population générale).

Elle peut être responsable de douleurs lombaires et parfois de douleurs sciatiques.

Le diagnostic précoce chez un patient douloureux a un intérêt si on peut, par diminution des activités physiques, éviter le déplacement de cette fracture de fatigue. 

Les spondylolyses strictement asymptomatiques ne justifient pas d'autre traitement qu'une surveillance d'autant plus rapprochée qu'il s'agit d'un individu jeune surtout chez l'adolescent sportif (consultation tous les 3 a 6 mois).