La recherche aux HCL

Depuis des décennies, les équipes médicales des Hospices Civils de Lyon sont internationalement connues pour leurs travaux de recherche dans les domaines diagnostique, curatif et préventif.

Les Hospices Civils de Lyon sont particulièrement en pointe dans les domaines suivants :

  • Vieillissement, fragilité, maladies neurodégénératives
  • Maladies infectieuses
  • Cancer
  • Nutrition
  • Pédiatrie
  • Cœur, poumons, maladies du métabolisme

De nombreux essais cliniques sont menés, donnant une chance à beaucoup de patients de bénéficier de traitements innovants pas encore sur le marché.  Des milliers de résultats d’études sont publiés chaque année.

Les HCL disposent de moyens exceptionnels, par le nombre de chercheurs, par l’appui et les partenariats avec d’autres structures et, bien sûr, par leurs équipements de pointe pour conduire une recherche d’excellence.

  • 26 unités mixtes Hospices Civils de Lyon, INSERM et/ou CNRS et l’université Lyon 1
  • 181 projets financés par des appels d'offres nationaux
  • 43 appels d’offres internes
  • 1138 essais thérapeutiques en partenariat avec des promoteurs extérieurs
  • 230 études interventionnelles à promotion HCL
  • 1165 contrats de recherche avec des financeurs extérieurs

 

Les équipes HCL mènent leurs projets de recherche avec d’autres, dans un environnement particulièrement fécond

Aujourd’hui, la recherche en santé se fait à l’échelle mondiale et la compétition entre pays est rude. D’où la nécessité de s’allier. La Métropole de Lyon dispose d’un environnement scientifique et technologique particulièrement  riche.

Les partenaires peuvent venir d’horizons divers : 

  • L’Université Claude Bernard Lyon 1 (santé, sciences et technologies, sport)
  • Des établissements publics à caractère scientifique et technologique (EPST), comme l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale) et le CNRS (Centre national de la recherche scientifique)
  • Le CERMEP (plateforme d’imagerie)
  • Le Centre de recherche en neurosciences de Lyon
  • BioMérieux (et le laboratoire commun de recherche avec les Hospices Civils de Lyon)
  • Lyon Biopôle (pôle de compétitivité mondial)
  • Le CLARA (Cancéropôle Lyon Auvergne Rhône-Alpes)
  • Le CIRC (Centre international de recherche sur le cancer, basé à Lyon, rattaché à l’Organisation mondiale de la santé). 
  • D’autres CHU, d’autres hôpitaux, notamment de la région Rhône-Alpes Auvergne
  • De nombreux laboratoires et industries pharmaceutiques installés à Lyon ou dans la région

Le financement de la recherche

L’Etat est le premier financeur grâce à des dotations appelées MERRI (Missions d’enseignement, de recherche, de référence et d’innovation) qui permettent de financer les chercheurs et les structures dédiées à la recherche. Les sommes versées sont calculées à partir de l’importance des publications (les conclusions des études) recensées l’année précédente dans des revues scientifiques.

Par ailleurs, la DGOS (Direction générale de l’offre de soins) lance des appels d’offres, nationaux ou interrégionaux, destinés aux médecins, aux infirmiers et paramédicaux, centrés ou non sur le cancer. L’ARS (Agence régionale de santé) propose, quant à elle, des contrats de collaboration.

D’autres études sont proposées par des organismes parapublics, comme l’ANRS (Agence nationale de recherche contre le sida et les hépatites virales) ou l’ANR (Agence nationale de la recherche).

En outre, des contrats peuvent être passés avec l’industrie pharmaceutique, le plus souvent pour tester une molécule, ou avec des associations philanthropiques ou de patients.

En 2016, Lyon Biopôle a lancé un appel à manifestation d’intérêt avec les Hospices civils de Lyon, avec l’objectif de faire émerger des technologies de santé développées par des entreprises locales.

Enfin, les HCL lancent leurs propres appels d’offres internes, notamment des bourses destinées aux jeunes chercheurs.