Consulter un medecin

Maladie de Dupuytren

La maladie de Dupuytren correspond à un épaississement de la paume de la main aboutissant à une flexion progressive et irréductible d’un ou plusieurs doigts. C’est une maladie bénigne, généralement indolore mais qui peut s’avérer très handicapante.  
La fréquence en France varie entre 3,5% et 11%. Il existe une prédominance masculine (3 à 5 hommes/1 femme).

Son origine est encore mal connue et semble multifactorielle (facteurs génétiques, alimentaires, certains médicaments et pathologies prédisposantes semblent impliqués).

La maladie de Dupuytren peut toucher l’ensemble des doigts mais atteint préférentiellement les 4e et 5e doigts (80%). Elle peut atteindre les deux mains dans la moitié des cas.
Elle se traduit par l’existence de nodules et de brides (digitales, palmaires, digito-palmaires). Il peut exister des dépressions en capiton et aussi des coussinets à la face dorsale des doigts.
Elle peut toucher plus rarement d’autres zones du corps (plante du pied…).

Le diagnostic est clinique. Il n’y a pas besoin de réaliser des explorations complémentaires.

Très variable d’un individu à l’autre. L’aggravation est généralement progressive et se fait par poussées. Il faut être vigilant vis-à-vis des formes à début précoce < 50 ans, familiales, ou encore bilatérales qui ont un potentiel évolutif plus rapide.

Le traitement médical repose sur la technique de « l’aponévrotomie percutanée à l’aiguille ». Cette technique peut être proposée dès lors que la rétraction empêche l’extension complète de la main et que le patient ressent une gêne fonctionnelle.
L’intérêt de l’aponévrotomie à l’aiguille est d’éviter une chirurgie de la main.
Elle peut être réalisée lors d’une consultation médicale simple. Elle consiste à sectionner les brides à l’aide d’une aiguille après réalisation d’une anesthésie locale.
A la fin du geste, mise en place de pansements en regard des points d’injection.
Une attelle confectionnée sur mesure (maintien passif de l’extension des doigts) peut-être proposée dans les suites pour les formes élastiques et récidivantes.
Les pansements devront être gardés pendant 3 jours.
L’utilisation de la main traitée pour les activités courantes, hors travaux salissants, est immédiate. La reprise des activités manuelles en force est autorisée après 15 jours.

En cas de récidive (50% des cas à 5 ans), il est possible de répéter cette technique.

Rares (< 0,1%) : douleurs, hématomes, effractions cutanées, infections, sections tendineuses, nerveuses…