Consulter un medecin

Ablation de tachycardie ventriculaire

L’ablation de tachycardie ventriculaire consiste à aller détruire ou isoler les zones du cœur à l’origine de l’arythmie. La radiofréquence (chaud) est l’énergie principalement utilisée.

Le traitement par ablation s’adresse aux patients présentant des crises de TV malgré la prise de médicaments ou lorsque ces derniers ne sont pas bien tolérés. Le taux de succès varie selon la présence d’une cardiopathie associée allant de 90% à 40%. Dans le cadre d’une cardiopathie sous jacente, l’ablation n’a pas démontrée de réduction de mortalité. Cependant, ce traitement améliore la qualité de vie en évitant notamment chez des porteurs de défibrillateurs la survenue de chocs électriques.

L’intervention se déroule sous anesthésie générale ou locale selon le type de TV. La zone ciblée est le ventricule droit ou gauche. La partie gauche sera atteinte via un cathétérisme trans septal sous guidage par échographie après avoir introduit des cathéters dans la veine fémorale. Des cathéters peuvent être placés dans l’artère fémorale. Enfin, dans certains cas, des cathéters peuvent être placés au niveau de l’épicarde (à la surface du cœur) grâce à une ponction au niveau de la xiphoïde.  Lorsque le cœur est très affaibli, une assistance circulatoire peut être nécessaire. La durée de l’intervention est de 3h environ. Une nuit à l’hôpital est minimalement requise après l’ablation. Les principaux risques liés à l’intervention sont l’hématome inguinal (3 à 4%), l’AVC (<0,5%) et l’épanchement péricardique (<0,5%). En cas de besoin, une autre ablation peut être nécessaire afin de compléter le traitement. Le traitement anti arythmique pourra au mieux être interrompu ou au moins diminué.