Consulter un medecin

Echographie thoracique ou échographie pulmonaire

L’échographie thoracique et pulmonaire consiste à réaliser une échographie du poumon et des organes du thorax. C’est une technique d’imagerie relativement récente mais dont les applications sont multiples. L’échographie est une technique d’imagerie par ultrasons. La sonde envoie des ultrasons qui rebondissent sur les structures anatomiques et sont captés à nouveau par la sonde qui restitue une image. L’air, qui compose majoritairement le poumon, a la particularité de ne pas réfléchir les ultrasons. C’est pourquoi pendant bien longtemps, l’échographie du poumon fut peu utilisée.
Le développement des connaissances ainsi que celles des machines d’échographie permettent toutefois désormais de réaliser ce type d’examen.

L’échographie thoracique est particulièrement utile dans plusieurs situations :

  • L’aide au diagnostic des épanchements de la plèvre (l’enveloppe du poumon), qu’il s’agisse d’un épanchement d’air (pneumothorax) ou d’un épanchement de liquide (pleurésie). Dans ce cas, l’échographie permet surtout d’aider le médecin à pratiquer une ponction ou un drainage de la plèvre dans le but d’évacuer cet épanchement. L’échographie renforce la sécurité du geste et permet une évacuation de meilleure qualité (plus efficace).
  • L’aide au diagnostic des maladies responsables d’une insuffisance respiratoire aigüe. Pratiquée au lit du patient, elle permet d’obtenir des informations importantes pour guider le traitement.
  • L’aide au diagnostic et au prélèvement (biopsies) de certains nodules du poumon (lorsqu’ils sont placés proche de la plèvre). L’opérateur peut les repérer et éventuellement les ponctionner à l’aide d’une aiguille sous contrôle de la vue en échographie. Cela peut éviter des gestes plus invasifs.

Cet examen est très simple et totalement indolore. L’appareil utilisé est un échographe classique. Comme il utilise les ultrasons, il s’agit d’un examen non-irradiant.
Le patient est assis ou allongé à côté de l’opérateur. Ce dernier applique un gel aqueux sur le torse (pour améliorer la transmission des ultrasons) du patient puis passe la sonde sur le torse et regarde en direct les images sur l’écran. Cela est totalement indolore et n’entraine aucun inconfort.
Si une ponction doit être réalisée, le médecin repère la zone à ponctionner avec l’échographe. La ponction (ou le drainage) a ensuite lieu sous anesthésie locale.

Il n’y a aucune contre-indication ni aucun risque lié à cet examen.
Les contre-indications et les risques n’existent que lorsqu’il y a une ponction associée et sont ceux de cette ponction (pneumothorax, douleur lors de la ponction, saignement). Ils vous seront expliqués en détails par l’opérateur avant le geste.

En l’absence de ponction, il n’y a aucun effet secondaire et aucune consigne particulière.
Si une ponction a été réalisée, les effets secondaires et le suivi dépendent du type de geste réalisé. Habituellement, il est demandé au patient de rester allongé quelques heures et une radiographie du thorax sera réalisée dans les suites du geste. Tout ceci vous sera expliqué préalablement.

Outre les services de radiologie, de nombreux services réalisent des échographies du thorax, notamment les services d’urgence et de réanimation et certains services de pneumologie.
Le Service de pneumologie aiguë spécialisée et cancérologie thoracique de l'hôpital Lyon Sud est l’un des deux seuls centres de formation de la région Auvergne Rhône-Alpes agrée par le groupe G-ECHO affilié à la Société de Pneumologie de Langue Française.