Consulter un medecin

Thérapies ciblées des cancers du poumon

La cellule cancéreuse est une cellule qui est devenue anormale notamment parce qu’elle se multiplie sans cesse et est « immortelle ». Ces propriétés anormales sont parfois causées par des mutations dans ses gènes. Ces gènes anormaux sont ainsi responsables d’anomalies au niveau de la cellule et, dans certains cas, des médicaments ont été développés pour cibler précisément ces anomalies et donc les cellules cancéreuses. C’est le principe des thérapies ciblées.
La mutation dans les gènes de la cellule cancéreuse ne survient que dans les cellules cancéreuses et pas dans les cellules normales. Autrement dit, les patients qui présentent cette anomalie ne la présente que dans leur cancer et pas ailleurs. Il n’y a donc aucun risque que cette anomalie se soit transmise aux enfants (ce n’est pas une maladie génétique).

Plusieurs anomalies ont été identifiés dans les cancers du poumon, notamment les mutations dans le gène de l’EGFR (Epidermal Growth Factor), dans le gène BRAF (gène humain situé sur le chromosome 7 et responsable de la production de la protéine B-Raf) et les anomalies dans les gènes ALK (gène humain situé sur le chromosome 2) et ROS1 (gène humain situé sur le chromosome 6). Ces mutations ne surviennent par contre que dans certains types de cancer du poumon (cancers non à petites cellules non-épidermoïde). En France, ces anomalies sont systématiquement recherchées lors du diagnostic d’un cancer, soit sur la biopsie de la tumeur, soit dans le sang (biopsie liquide). Les traitements ciblés ne sont indiqués que dans les cancers avec métastases et sont différent en fonction de l’anomalie qui a été trouvée. Ces médicaments sont prescrits dès le début de la maladie (1ère ligne) car ils sont très efficaces. Dans certains cas, lorsque la maladie progresse malgré le traitement, il existe d’autres médicaments ciblés (de seconde ou troisième ligne) particulièrement efficaces.
Pour les autres anomalies moléculaires des traitements sont en cours de développement, dans l’attente de commercialisation, ou en cours d’évaluation dans des essais cliniques. La recherche et le développement de médicament dans ce domaine est particulièrement active. Bien souvent, des essais cliniques seront proposés aux patients ayant un cancer avec ce type d’anomalie.
Les patients avec un cancer sans anomalies sont traités par chimiothérapie conventionnelle et/ou immunothérapie.

La plupart de ces traitements sont disponibles en pharmacie de ville. Certains doivent être récupérés à la pharmacie centrale des hôpitaux.
Ils s’administrent par voie orale (comprimés ou gélules) à domicile, parfois à distance des repas. Il est important de bien suivre l’ordonnance du médecin prescripteur et il est bien entendu indispensable de ne pas oublier de prendre ce médicament (et de ne jamais l’arrêter sans avis médical).
Dans certains cas, les patients traités par ces thérapies ciblées pourront être suivi à distance (entretien téléphoniques réguliers) par les infirmier(e)s de liaison ville-hôpital ou par les professionnels du réseau ONCORAL.

Ces thérapies ciblent davantage les cellules cancéreuses et limitent ainsi les effets secondaires. Elles sont en général bien tolérées.

Les principales toxicités, dont l’intensité est variable en fonction du médicament prescrit, sont :

  • Cutanées : prurit, sécheresse cutanée, acné
  • Digestives : diarrhées, nausées
  • Autres : visuelles, hépatique (foie), pulmonaire, sanguine, hormonales…

Il est très important de rapporter les effets indésirables au médecin prescripteur car la plupart d’entre eux sont facilement gérables lorsqu’ils sont pris à temps. En outre, il est parfois possible d’adapter les doses pour améliorer la tolérance. Une surveillance par prise de sang est très régulièrement nécessaire.