Consulter un medecin

Ulcère cutané

Un ulcère est une plaie le plus souvent située sur la jambe, qui ne cicatrise pas depuis plus d’un mois.
L’ulcère de jambe est fréquent, il peut gêner à la mobilité (invalidant) et être à l’origine d’hospitalisations pour soins locaux spécialisés.

Il s’agit généralement d’une complication d’une maladie vasculaire (atteinte des vaisseaux sanguins)  sous-jacente. Il existe différents types d’ulcères cutanés selon leurs origines : veineux, artériel ou angiodermite nécrotique.

Facteurs de risque :

  • Ulcère veineux : il atteint le plus souvent la femme de plus de 50 ans, antécédent de phlébite, terrain d’insuffisance veineuse (varices, jambes gonflées)
  • Ulcère artériel : homme de plus de 50ans, tabac, hypertension artérielle, diabète, hypercholestérolémie, obésité
  • Angiodermite nécrotique : femme de plus de 60ans, hypertension artérielle, diabète

Il existe d’autres causes d’ulcère variées qui nécessitent un avis et une prise en charge spécialisée (vasculite, infection, carcinome,…)

  • Ulcère veineux :
    Ulcère unique de grande taille, peu douloureux, le plus souvent situé autour de la cheville jusqu’au 1/3 inférieur de la jambe, fond de l’ulcère jaune (=fibrine) ou rouge.
    Autour de l’ulcère : présence de varices, œdème de la jambe, couleur ocre de la peau, peau difficile à pincer.
     
  • Ulcère artériel :
    Ulcère pouvant être unique ou multiple, douloureux, arrondie, creusant, de disposition suspendue sur la jambe (dit à l’emporte-pièce) ou distale au niveau des orteils, fond de l’ulcère jaune, rouge ou noir (=nécrose).

    Autour de l’ulcère : la peau est lisse, sans poil, froide et les pouls des pieds ne sont pas perceptibles.

    Un ulcère peut être mixte artério-veineux.
     

  • Angiodermite nécrotique :
    Débute suite à un traumatisme minime par une petite plaque violette devenant rapidement ulcérée, nécrotique (croute noire), extrêmement douloureux. La plaie reste relativement superficielle. La localisation est la face antéro-externe de la jambe. Les bords de la plaie sont irréguliers.
    Autour de l’ulcère : la peau est violette (appelée purpurique) ou inflammatoire
    La tension artérielle et/ou le diabète sont souvent déséquilibré.

Un examen par échographie-doppler artério-veineux des membres inférieurs doit être réalisé pour évaluer l’état des vaisseaux. Il examine à la fois le flux sanguin dans les veines et les artères.  
En cas d’argument pour une atteinte artérielle, une artériographie ou angioscanner permettent de préciser le siège de l’oblitération des artères et oriente dans la décision chirurgicale. Il convient également de mesurer la pression en oxygène de la peau pour vérifier la bonne oxygénation des tissus.

Le traitement de la cause, si il est possible est indispensable. Des soins locaux par des pansements adaptés au stade de cicatrisation doivent être pratiqués par une infirmière expérimentée. En cas d’atteinte veineuse, le port de bande de contention est indispensable. Parfois la chirurgie de varice est indiquée.
En cas d’atteinte artérielle, une prise en charge chirurgicale de revascularisation (pontage, dilatation) est souvent indiquée associé à la correction des facteurs de risque cardio vasculaire tel que l’arrêt du tabac.
En cas d’angiodermite nécrotique, une hospitalisation est souvent nécessaire pour la prise en charge de la douleur, équilibre de la tension et du diabète.
Selon le stade de cicatrisation des greffes cutanées peuvent être réalisée.

Dans tous les cas, une bonne nutrition est nécessaire avec une mise à jour du vaccin contre le tétanos.

 

  • Ulcère veineux : évolue en règle favorablement avec une cicatrisation en 3 à 6 mois sous couvert d’un traitement bien conduit. Il existe un risque de récidive et de passage à la chronicité.
  • Ulcère artériel : peut cicatriser si le traitement de la cause est possible c’est-à-dire en cas de geste chirurgicale de revascularisation. Parfois, la décision d’amputation est nécessaire du fait de la douleur, du risque d‘infection grave, ou du risque de décompensation viscérale.
  • Eczéma de contact aux différents pansements utilisés
  • Surinfection microbienne. La présence de bactérie sur les ulcères est un phénomène normal et les prélèvements bactériologiques des plaies ne doivent pas être réalisés. Cependant, un ulcère peut représenter la porte d’entrée d’une infection cutanée de la jambe. (augmentation de la douleur, de l’inflammation, fièvre)
  • Ostéite, c’est-à-dire infection de l’os, surtout dans les ulcères artériels qui sont creusant.
  • Ankylose de la cheville entrainant une raideur de l’articulation
  • Hémorragie dans le cadre des ulcères veineux avec plaie de varice
  • Dégénérescence en cancer de la peau pour les plaies chroniques

Le retentissement sur la qualité de vie du patient peut être important et un suivi psychologique peut être proposé.
La prévention de la récidive pour les ulcères veineux repose essentiellement sur le port quotidien des bas ou chaussettes de contention de taille adaptées.
Il convient de garder une activité physique et de favoriser la marche au besoin avec l’aide de kinésithérapeute.
Eviter tout traumatisme des jambes et prise en charge rapide des petites plaies.