Consulter un medecin

Dans le cadre de la pandémie, merci de consulter cette rubrique avant de vous rendre dans l’un de nos établissements. En Savoir+

Greffes et dons d'organes

La coordination des prélèvements d'organes et de tissus est un service hospitalier qui, en étroite collaboration avec l’Agence de la Biomédecine, contribue à améliorer l’accès à la greffe.

Chaque année le nombre de patients en attente de transplantation augmente (21464 inscrits au premier janvier 2015 pour seulement 5746 greffés cette même année). Entre 400 et 600 personnes décèdent chaque année faute de greffon.

À l’issue de la plupart des décès en France, il est possible de réaliser des prélèvements de tissus : cornées, épiderme, vaisseaux, valves cardiaques, os. Ces tissus permettent de greffer des patients souffrant de troubles visuels, de brûlures extrêmes, d’affections graves des valves cardiaques, d’infection des vaisseaux, de cancer des os.
Il est également possible de prélever des organes pour la greffe dans des circonstances définies : mort subite et transport à l’hôpital sous massage cardiaque, décès en réanimation (mort encéphalique : arrêt définitif du fonctionnement du cerveau) ou décision de limitation des traitements (lorsque la vie n’est maintenue que par des manœuvres de réanimation, sans espoir d’amélioration).

Le rôle principal de la coordination est de recenser les donneurs potentiels, de rechercher auprès des proches le témoignage de la volonté du défunt et d’organiser le prélèvement des organes et/ou des tissus. Dans ce contexte de pénurie, les établissements de santé participent à des réseaux de prélèvement afin de faciliter la mise à disposition de greffons.

La coordination est, avec le médecin ayant pris en charge le donneur potentiel, l’interlocuteur privilégié des proches du défunt. Elle les accompagne dans leur réflexion sur le don.

Coordination hospitalière des prélèvements d’organes et de tissus - Appel 24h/24  -  7j/7 
Tél : 04 72 11 02 28
Fax : 04 72 11 09 59

 

Que dit la loi sur le don d'organes et de tissus ?

Au nom de la solidarité nationale, c'est le principe du consentement présumé qui a été choisi. La loi indique que nous sommes tous donneurs d’organes et de tissus, sauf si nous avons exprimé de notre vivant notre refus d’être prélevé.

www.dondorganes.fr