Consulter un medecin

Dans le cadre de la pandémie, merci de consulter cette rubrique avant de vous rendre dans l’un de nos établissements. En Savoir+

L’EMDR fait son entrée à l’hôpital

Publié le 03-03-2017
Traumatismes, troubles alimentaires addictions… l’EMDR fait son entrée à l’hôpital. La méthode EMDR (Eyes Movement Desensitization and Reprocessing), inventée aux Etats-Unis et reconnue aujourd’hui par l’Organisation Mondiale de la Santé, offre une résolution rapide des symptômes liés à des événements traumatiques passés.

Bouger les yeux pour guérir l’esprit ? C’est le pari de l’EMDR. Ce sigle anglais signifie "désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires". La méthode s’appuie sur les effets du sommeil paradoxal.

Ce type de sommeil est composé de rêves, d’activités cérébrales et de mouvements oculaires rapides. Le rôle du sommeil paradoxal est de retraiter les souvenirs des événements vécus la veille et les émotions qui sont liées. Quand celles-ci sont trop importantes, ce procédé de digestion se bloque. "Un traumatisme est un souvenir figé dans les réseaux neuronaux", explique Raphaël Loiselot, psychologue à l’hôpital Henry Gabrielle – HCL  spécialisé dans la rééducation. "Les sons, les pensées, les émotions, les sensations physiques associés à cet événement sont bloqués également". En reproduisant les mêmes mouvements oculaires que pendant le sommeil paradoxal, l’EMDR retraite et reprogramme le souvenir. Une séance peut durer entre 45 minutes et une heure. Le nombre de séances nécessaires varie selon le traumatisme.

Sortir du cercle vicieux

L’EMDR est utilisée à l’hôpital Henry Gabrielle-HCL pour des patients en état de stress post-traumatique lorsque, par exemple, ils ont subi un choc lors d’un accident. Certes, l’EMDR ne rendra pas ses jambes à un paraplégique, mais lui permettra de mieux vivre cette épreuve… 
Les spécialistes des troubles du comportement alimentaire ont, de leur côté, constaté que l’obésité et l’anorexie peuvent parfois être liées à un traumatisme dans l’enfance (maltraitance, deuil) ou un choc plus récent (un avortement mal vécu, un drame sur le lieu du travail). "L’EMDR aide à remonter jusqu’à la cause", explique le Dr Sylvain Iceta, psychiatre au centre de référence des troubles alimentaires des HCL. "La technique permet aussi de surmonter le traumatisme lié à l’obésité elle-même, comme les humiliations, la perte d’estime de soi. Par ailleurs, l’EMDR est efficace pour se libérer de l’addiction et de son cercle vicieux".  A ce titre, les équipes d’addictologie HCL se servent de l’EMDR tout comme la cellule d’urgence psychologique qui se déplace après les attentats.