Aux HCL, chaque femme peut congeler ses ovocytes pour conserver sa fertilité

Pour toutes celles qui souhaitent avoir des enfants mais pour lesquelles ce n’est pas encore le moment, le Centre d’étude et de conservation des oeufs et des spermatozoïdes humains des HCL (CECOS) leur permet d’avoir recours à la vitrification ovocytaire.

En France, l’âge du premier enfant est en moyenne de 31 ans. Le désir de maternité est différent chez chaque femme et plusieurs événements personnels peuvent conduire à repousser un projet de grossesse. Afin d’en limiter les conséquences sur la fertilité, il est désormais possible d’avoir recours à la vitrification ovocytaire au sein de l’hôpital Femme Mère Enfant.

La vitrification ovocytaire ouverte aux femmes de 29 à 37 ans

En plus de l’ouverture de la PMA aux couples de femmes et aux femmes non mariées et à la levée de l’anonymat, la loi du 2 août 2021 relative à la bioéthique, ouvre la vitrification ovocytaire sociétale à toutes les femmes. Désormais, toute femme, à partir de 29 ans et jusqu’à 37 ans peut faire congeler à la demande ses ovocytes.

« C’est une vraie avancée pour les femmes. Il leur est désormais possible de congeler leurs ovocytes pour préserver leur fertilité et décaler leur projet parental », indique le Pr Bruno Salle, chef du service de médecine de la reproduction à l’hôpital Femme Mère Enfant. Interdite jusqu’à présent en France, sauf dans le cas de certaines pathologies qui entraînaient ou risquaient d’entraîner une infertilité, la congélation de ses gamètes (ovocytes ou spermatozoïdes) est aujourd’hui accessible à tous.

Congeler ses ovocytes pour conserver son potentiel de fertilité

Qui est concerné ?

Cela concerne toutes les femmes entre 29 et 37 ans qui veulent préserver leur fertilité et qui n’ont pas envie d’avoir un enfant dans l’immédiat.

Comment se déroule la prise en charge ?

  • Après plusieurs rendez-vous (gynécologue, biologiste, anesthésiste), la patiente accèdera à la congélation totalement gratuite, de ses ovocytes.
  • Une fois ponctionnés, les ovocytes, au lieu d’être inséminés et fécondés, seront vitrifiés puis cryopréservés dans de l’azote liquide à -196 °C.
  • La procédure sera répétée deux à trois fois et 8 à 10 ovocytes seront prélevés à chaque fois.
  • A terme, la patiente aura également la possibilité d’en faire don.

Un service à la pointe aux HCL

Le service de médecine de la reproduction des HCL est un des services français les plus importants dans l’accompagnement des couples rencontrant des difficultés à avoir un enfant. Il est spécialisé dans les troubles de la fertilité et propose aux couples l’ensemble des techniques d’assistance médicale pour concevoir un enfant.

La PMA vient en réponse à un problème d’infertilité ou de transmission de maladies graves. Grâce à elle, 25 000 naissances ont lieu chaque année en France dont 5 % obtenues grâce au don de gamètes (ovocytes et spermatozoïdes).

Dernière mise à jour le : jeu 03/11/2022 - 14:07
Blocs libres

 

Follicule primordial (contenant l’ovocyte) :
* 1 million à la naissance
* 400 000 à la puberté
* Moins de 1 000 à la ménopause

La loi du 2 août 2021 relative à la bioéthique élargit la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et aux femmes seules et donne de nouveaux droits pour les enfants nés d'une PMA.
Les enfants issus d’une PMA en France – et donc d’un don de gamètes – pourront à leur majorité avoir accès à certaines caractéristiques de leur donneur (âge, situation familiale ou professionnelle…) ou connaître son identité. Présentée comme un droit d’accès à leurs origines pour les enfants nés d’une PMA, cette levée de l’anonymat pourrait pousser les personnes donneuses à se rétracter.
Le recrutement de donneurs/donneuses est donc primordial, pour répondre aux personnes en attente de PMA.