Blouses blanches et sabots noirs : un cheval au chevet des enfants

Peyo, un étalon pas comme les autres, est venu compléter l’équipe soignante du service de cardiopédiatrie de l’hôpital Louis Pradel, pour le bonheur des petits et des grands.

Au 4ème étage de l’hôpital Louis Pradel, le cheval sort de l’ascenseur devant les yeux ébahis des parents et des soignants. Mohamed Anis, 8 ans, n’est lui pas surpris. « Ah, tu es revenu me voir ! », s’exclame-t-il avec un sourire grand comme ça. Peyo, qui lui avait rendu visite la veille, est revenu bille en tête dans la chambre, rendre visite au petit patient.

Car Peyo n’est pas n’importe quel cheval. L’étalon a un fonctionnement cérébral particulier et montre une plus grande attention et beaucoup d’empathie envers les personnes malades et affaiblies physiquement ou moralement. Son dresseur, Hassen Bouchakour, a créé l’association Les sabots du cœur et depuis 6 ans, ils parcourent ensemble la France pour apporter sérénité et douceur à ceux qui en ont besoin. Si le but initial de l’association est d’accompagner et d’apaiser les personnes en fin de vie, cette halte inédite auprès d’enfants hospitalisés, lui permet de voir évoluer Peyo dans un nouveau milieu et d’étayer son travail de recherche sur les capacités d’empathie du cheval. 

Un projet novateur d'accompagnement des patients

Le service de cardiopathies congénitales adultes et enfants est composé de 2 unités qui prennent en charge des patients de la naissance jusqu’à l’âge adulte, pour des anomalies cardiaques congénitales en situation aigue ou chronique.

« Certains de nos patients sont ici depuis plusieurs mois dans l’attente d’une greffe. La présence de Peyo apporte un peu de légèreté et de magie dans un quotidien difficile, explique Carine Berthier, cadre de l’Unité « des grands ». On fait rentrer la vie du dehors à l’intérieur de l’hôpital et nous pensons avec l’équipe que cette action peut avoir un réel intérêt ».

Peyo cheval cardiopédiatrie enfants  Peyo cheval cardiopédiatrie enfants 2

La venue de Peyo s’inscrit en effet dans le cadre d’un projet porté par la chef de service, le Pr Sylvie Di Filippo et les cadres visant à évaluer une approche originale et réconfortante d’accompagnement des patients et des familles confrontées à des pathologies complexes et durables. Pendant la semaine, les infirmières ont observé le comportement des enfants, discuté avec les parents et rempli des grilles d’évaluation basées sur l’évolution de plusieurs critères en lien avec la présence de l’étalon : gestion des émotions de l’enfant, humeur, compliance aux soins, amélioration du sommeil et de l’appétit. Les questionnaires n’ont pas encore été analysés mais les premiers ressentis sont déjà positifs.

« Certains enfants paraissent plus apaisés, observe Geneviève Michel, cadre de l’unité « des petits ». Les plus jeunes, d’abord effrayés, sont rapidement entrés en contact avec le cheval Peyo faisant parfois naître des éclats de rire. Les parents ont pu partager ce moment joyeux avec leurs enfants ».

L’avis de l’équipe est important! Si l’expérience montre qu’effectivement la présence de Peyo a un impact positif sur les petits patients, il faut aussi que tout le monde soit partant pour transformer l’essai et pérenniser le projet. « C’est drôle à dire parce qu’on ne parle pas d’un chien et que Peyo est imposant, mais je trouve que sa présence ne gêne absolument pas les soins !, s’étonne Carine, en avançant qu’il fait déjà presque partie du décor. Néanmoins, il faut qu’on vérifie que cet avis soit partagé par les membres de l’équipe ». Un second questionnaire a été mis en place dans ce sens, dans le but de recueillir l’avis des médecins et paramédicaux.

Peyo cheval cardiopédiatrie équipe  Peyo cheval cardiopédiatrie Pr Di Filippo

Une hygiène irréprochable

En préambule, il est important de rappeler qu’il n’existe aucune transmission possible de virus ou de maladie du cheval vers l’homme. Puis de dire qu’un protocole sanitaire a été créé spécialement afin de protéger Peyo des différents désagréments que pourraient lui causer l’Humain.

Pour s’assurer la meilleure hygiène possible, Peyo est tondu, lavé et tressé. On lui applique également une huile de laurier spécifiquement conçue pour lui avec des propriétés antiseptiques et antiphoniques. Ses sabots sont entièrement désinfectés et vernis d’une solution présentant les mêmes propriétés. Le corps et les membres inférieurs du cheval sont protégés pour recouvrir la plus grande surface corporelle possible. Enfin, Peyo est suivi par un hôpital vétérinaire Belge tous les mois, qui réalise le contrôle sanitaire du cheval (prise de sang, scanner, échographie…). Une attestation de bonne santé de l’étalon est remise par la clinique vétérinaire avant chaque intervention en milieu hospitalier.

Le service d’hygiène de l’hôpital a également donné son accord sur la venue du cheval dans le service dans les conditions définies entre le dresseur et le service de cardiopédiatrie et des règles de vigilance ont été diffusées à l’ensemble des soignants. A titre d’exemple, les abords vasculaires (voies centrales, Piccline…) sont protégés, les patients greffés portent un masque et les mains des enfants sont lavées à l’aide d’une solution hydro alcoolique après chaque contact, le sol est lavé après le départ du cheval. Quant aux besoins physiologiques, aucun problème. Peyo sait se faire comprendre et exprime à son dresseur quand il a besoin d’aller au petit coin !

Peyo cheval cardiopédiatrie enfants 3  Peyo cheval cardiopédiatrie fillette

Dernière mise à jour le : mar 25/08/2020 - 14:10
Dispositif Covid-19