Cœur artificiel : des avancées concrètes

Les cœurs artificiels sont réservés aux patients en insuffisance cardiaque terminale réfractaires aux traitements médicaux. Seuls des chirurgiens hyper spécialisés peuvent manipuler ces organes de haute technologie. Le point sur les dispositifs d’avenir avec Matteo Pozzi, chirurgien cardiaque à l’hôpital Louis Pradel.

En France, les assistances mécaniques circulatoires sont utilisées avant tout comme ponts à la transplantation. C’est-à-dire, qu’elles doivent permettre aux patients d’attendre la greffe, contrairement aux États-Unis où elles sont employées en majorité comme traitement définitif. Dans l’Hexagone, on compte un donneur pour deux receveurs. Près de 13% des patients meurent ou sortent de la liste d’attente pour aggravation de leur état de santé au cours de l’année suivant leur inscription sur la liste (Agence de la biomédecine, données 2016).Les cœurs artificiels représentent donc un espoir de survie.

Aux HCL, ce sont en moyenne dix à quinze patients par an qui bénéficient d’un cœur artificiel.

Assistance monoventriculaire gauche

C'est le type d’assistance circulatoire mécanique la plus utilisée actuellement. Elle remédie à la faiblesse du cœur gauche qui véhicule le sang oxygéné vers les organes. La pompe artificielle remplace partiellement ou complètement l’activité de l’organe déficient. Problème : il lui faut de l’énergie. Un câble transcutané relie la pompe située à l’intérieur du corps à une batterie externe. Aujourd’hui, la recherche s’est impliquée pour offrir une solution sans fil, la batterie est placée sous la peau pour être rechargée par induction.

« Ainsi les risques de complications infectieuses sont réduits et le patient gagne en confort » commente le Dr Pozzi, chirurgien cardiaque à l’hôpital Louis Pradel.

Le cœur artificiel total

Porté par la société française Carmat, il est conçu pour les patients souffrant d’insuffisance cardiaque biventriculaire terminale. Il peut être implanté dans l’attente d’une greffe ou de façon définitive. Après les résultats de la première étude clinique sur ce cœur artificiel, l’étude pivot s’est poursuivie au Danemark, en République tchèque et au Kazakhstan. Dans ce dernier pays, un patient non éligible à la transplantation en raison d’une hypertension pulmonaire a vécu huit mois avec le cœur artificiel total. L’hypertension a diminué et il est a pu  recevoir le cœur d’un donneur en juin 2018. En cette fin d’année 2019, le cœur Carmat devrait obtenir la norme CE. L’étude va se poursuivre en France avec des premières inclusions attendues dès janvier 2020.

Perfusion ex-vivo

D’autres possibilités ont été développées pour combler la pénurie d’organes en vue d’une transplantation, dont la perfusion ex-vivo. La technique consiste à perfuser  en sang oxygéné le cœur battant du donneur durant tout le temps du transport. Elle permet de mieux préserver le cœur du donneur avant la transplantation et d’en évaluer la qualité. « Nous obtenons ainsi des données objectives sur la qualité du cœur du donneur » indique le chirurgien cardiaque. La perfusion ex vivo permet des durées de transport plus longues, le cœur bénéficie de conditions optimales de température et d’oxygénation plus physiologique qu’un simple transport réfrigéré. En Angleterre, elle a permis d’augmenter de 30% le nombre de transplantations cardiaques réussies en élargissant le panel de donneurs potentiels. En France, son utilisation débute avec à ce jour seulement six patients greffés. Pour l’heure, cette méthode de conservation répandue en Australie, en Angleterre et aux États-Unis n’est pas remboursée en France.

En France, chaque année plus de 160 000 personnes sont hospitalisées pour une insuffisance cardiaque, dont plus de 70 200 qui en décèdent (Santé publique France, juin 2019).

Anatomie du cœur Le cœur est une double pompe constituée d’un muscle, d’un système de valves et d’un circuit autonome d’activation. Le ventricule gauche expulse le sang rouge vers les organes pour leur apporter de l’oxygène. Le ventricule droit reçoit le sang revenu de la périphérie (bleu) et l’éjecte vers les poumons.

Dernière mise à jour le : jeu 29/07/2021 - 14:52
Dispositif Covid-19