Diabète : identification d’un nouveau gène déterminant chez l'homme

Un nouveau gène responsable du diabète chez l’homme a été identifié. Ces résultats, publiés dans la revue Nature Medicine sont issus d’un travail collaboratif entre le service d'endocrinologie - diabétologie pédiatriques et des maladies héréditaires du métabolisme du Pr. Marc Nicolino des HCL et l’équipe INSERM- Institut Cochin de Cécile Julier.

A l’opposé des diabètes de type 1 et de type 2, dont l’origine génétique est multifactorielle, il existe des formes de diabètes beaucoup plus rares, dont la cause est monogénique. C’est le cas du diabète néonatal ou d’autres diabètes génétiques particuliers, dont plusieurs entités clinico-génétiques ont été décrites et caractérisées antérieurement par le Pr Marc Nicolino et Cécile Julier, au cours de leurs travaux communs de recherche HCL / INSERM depuis plus de 20 ans.

Une étude menée sur une famille lyonnaise

Dans le cas présent, à partir de l’observation d’une famille lyonnaise « exceptionnelle », comportant de nombreux sujets avec plusieurs formes de diabète, les analyses génétiques ont abouti à l’identification du gène responsable ONECUT1 (One Cut Homeobox 1), encore appelé HNF6 (Hepatocyte Nuclear Factor 6). Chez le patient nouveau-né, il a été observé une mutation bi-allélique de ONECUT1 (en deux copies au niveau de l’ADN), dont les principaux symptômes sont représentés par une forme grave de diabète, lequel est notamment associé à un défaut de développement du pancréas et de la vésicule biliaire. La présence de ce gène muté en une seule copie chez les sujets apparentés, s’associe à un risque élevé de diabète spécifique à l’âge adulte.

La famille a été recrutée et explorée sur le plan clinique dans le service d'endocrinologie et de diabétologie pédiatriques et maladies héréditaires du métabolisme du Pr Marc Nicolino :

« Le service prend en charge toutes les pathologies endocriniennes et métaboliques de l’enfant et de l’adolescent et les maladies pédiatriques communes. Il est le siège de deux centres de référence nationaux coordonnateurs des maladies rares (développement génital et syndrome de Mac Cune Albright). Il fait partie du Centre intégré de l’obésité. Il est centre de compétences pour toutes les pathologies endocriniennes rares. »

Mieux comprendre le diabète grâce à cette découverte

L’identification d’un nouveau gène impliqué dans le diabète chez l’homme, permet de mieux comprendre les mécanismes physio-pathologiques de cette maladie, mais aussi d’optimiser les stratégies de diagnostic et de proposer, lorsque cela est indiqué, une médecine de précision avec la personnalisation des traitements les plus adaptés.

Des études internationales élargissent le rôle de ONECUT1

Des analyses sur les conséquences fonctionnelles des mutations de ONECUT1, réalisées à l’Université d’Ulm en Allemagne, ont confirmé in vitro que les variations génétiques au niveau du gène, jouent non seulement un rôle crucial dans la capacité des cellules du pancréas à produire l’insuline, mais altèrent aussi le développement précoce de cet organe. De plus, des variations génétiques au niveau des régions régulatrices de ONECUT1 sont associées au diabète de type 2 multifactoriel.

 

Dernière mise à jour le : mer 27/10/2021 - 12:23
Blocs libres

Résultats publiés dans la revue Nature Médicine

Le diabète : un problème majeur de santé publique
La maladie diabétique est l’une des maladies chroniques sévères les plus fréquentes et relève majoritairement de deux processus pathologiques différents, qui amènent à deux types distincts de diabète.
- Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune qui débute dans la plupart des cas chez l’enfant et résulte de la destruction des cellules productrices d’insuline dans le pancréas.
- Le diabète de type 2, de loin le plus fréquent dans le monde, s’observe essentiellement chez l’adulte en rapport avec des facteurs généralement reconnus comme une alimentation déséquilibrée, un manque d'activité physique ou un surpoids.

Dispositif Covid-19