Consulter un medecin

Accidents ischémiques transitoires (AIT) : une alerte à ne pas négliger

Publié le 01-03-2019
Les accidents ischémiques transitoires (AIT) se manifestent comme des AVC mais les symptômes disparaissent spontanément. Ce caractère transitoire est faussement rassurant car le risque d’avoir un AVC dans les jours qui suivent un AIT est élevé.

Entre 10.000 et 20.000 AVC (Accident Vasculaire Cérébral) pourraient être évités chaque année. Comment ? En prenant en charge dans les 24 heures les AIT (Accident Ischémique Transitoire), ces prémices de l'attaque cérébrale. Comme le montre une étude publiée dans le New England Journal of Medicine, cette prise en charge précoce réduit de moitié le risque d'AVC dans les trois mois qui suivent.

Une plateforme de bilan AIT à l’hôpital Pierre Wertheimer

«L’AIT est avant tout une alerte à prendre en considération. Les risques d’avoir un AVC après un AIT est de 10% à 3 mois, dont la moitié dans les 48 premières heures. Evaluer les AIT rapidement permet d’éviter des accidents graves, source de mortalité et d’handicap…» avertit le Pr Norbert NIGHOGHOSSIAN, chef du service neurologique vasculaire.

Afin de pouvoir proposer une prise en charge rapide et structurée des patients victimes d’AIT, l’Unité Neurovasculaire de Lyon propose désormais une hospitalisation de jour à l’hôpital Pierre Wertheimer, en complément du bilan urgent réalisé aux urgences. Une première dans l’agglomération qui va permettre de réaliser un bilan post-AIT complet.

"La plateforme apporte, outre des examens particulièrement poussés et approfondis (IRM cérébrale échographie cardiaque…), une consultation par un neurologue car le diagnostic d’AIT est avant tout clinique et repose sur l’interrogatoire approfondi du patient et de son entourage." résume le Dr Laura MECHTOUFF CIMARELLI, responsable de la plateforme.

Pour le moment la plateforme prend en charge 10 à 20 patients dans la semaine.

Quels sont les symptômes d'un AIT ?

Symptômes évocateurs d’AIT : survenue brutale   
  • difficulté à bouger un bras et/ou une jambe
  • difficultés à parler
  • perte de la vision d’un œil…
  • déformation du visage  

« Je devais prendre la parole lors du conseil municipal et je l’ai perdu ! « explique André « mes collègues m’ont vu devenir blême et ont remarqué que je ne m’exprimais pas comme d’habitude. Ils ont appelé les secours et les pompiers m’ont emmené aux urgences de Lyon Sud où j’ai subi des examens. C’est à l’hôpital neurologique que l’on m’a expliqué que j’ai eu un AIT…. » ​ 

 
Si les symptômes datent :
  • moins de 6 heures : appelez le 15
  • dans la semaine : rdv aux urgences Ces services travaillent en collaboration avec la plateforme AIT et seront à même de définir s’il s’agit d’un AIT ou d’un AVC grâce à des examens sanguins, d’imagerie et un électrocardiogramme. A l’issue de ce 1er bilan 1/4 des patients seront alors hospitalisés à l’unité Neurovasculaire de l’hôpital Pierre Wertheimer-HCL. Pour les autres patients dont  les éléments sont rassurants, un retour à domicile avec un traitement pour fluidifier le sang sera possible. Le reste du bilan pourra  être réalisé dans un second temps. 
  • plus d’une semaine : consultez le médecin traitant

 
La plateforme bilan AIT de l’hôpital neurologique Pierre Weithermer propose un bilan particulièrement complet et approfondi. Elle ne prend pas directement les patients. Ceux-ci doivent être adressés par les urgentistes ou le médecin traitant.

Lire aussi :