Consulter un medecin

Chirurgie des mâchoires (Chirurgie orthognathique)

Lorsqu’il existe une anomalie de croissance des mâchoires, le meilleur traitement afin de retrouver une occlusion dentaire normale et stable dans le temps consiste en la réalisation d’un "Protocole Orthodontico-Chirurgical" qui se déroule ainsi :

  • Phase de préparation orthodontique : Un appareil dentaire est mis en place par l’orthodontiste afin de bien réaligner les dents de chaque mâchoire. La durée de cette préparation varie de 6 à 18 mois environ.
  • Phase chirurgicale : Les mâchoires supérieure et/ou inférieure sont repositionnées en face l’une de l’autre.
  • Phase de finitions orthodontiques : L’appareil dentaire est encore gardé quelques mois après le geste chirurgical afin d’obtenir une occlusion dentaire la plus parfaite possible.

La chirurgie des mâchoires est appelée "Chirurgie Orthognathique", ce qui signifie "Chirurgie qui remet les mâchoires droites".

Il existe trois interventions principales qui permettent de repositionner les mâchoires correctement :

  • Chirurgie de la mâchoire supérieure = Ostéotomie Maxillaire
  • Chirurgie de la mâchoire inférieure = Ostéotomie Mandibulaire
  • Chirurgie du menton = Génioplastie

En fonction de votre cas particulier, votre chirurgien vous proposera d’opérer soit une seule mâchoire, soit les deux mâchoires en même temps (on parle alors de chirurgie Bi-maxillaire). La chirurgie du menton peut être réalisée seule, ou en association avec une des autres chirurgies.

Quel que soit le geste chirurgical qui vous a été proposé par votre chirurgien, en accord avec votre orthodontiste, l’intervention se déroulera ainsi :

  • Anesthésie Générale : vous serez complètement endormi(e) durant toute la chirurgie
  • Hospitalisation de 1 à 3 jours, en fonction du geste chirurgical programmé
  • Convalescence à domicile après l’intervention : 2 semaines à un mois d’arrêt de travail (ou dispense scolaire)
  • Toute la chirurgie est réalisée par l’intérieur de la bouche : il n’y a pas de cicatrice visible sur la peau.
  • Une fois votre mâchoire repositionnée correctement, des plaques en titane seront placées sur l’os pour stabiliser la nouvelle position de votre mâchoire. Ces plaques en titane sont très bien tolérées. Six mois après l’intervention chirurgicale, le chirurgien vous proposera de les retirer si elles sont gênantes, ou bien de les laisser en place si elles ne vous gênent pas.
  • Toutes les incisions à l’intérieur de la bouche sont fermées avec des fils qui disparaissent tout seuls : il n’y a pas de points à retirer en post-opératoire
  • En fin d’intervention, des élastiques sont placées entre les mâchoires (sauf en cas de génioplastie isolée) afin de les guider dans la nouvelle occlusion

Il est possible, si vous le souhaitez, de visionner (vidéo sur Youtube) la technique chirurgicale utilisée à l'hôpital Lyon-Sud - Attention : Il s’agit de véritables interventions chirurgicales filmées en bloc opératoire, et qui peuvent être choquantes

Plusieurs évènements font partie des suites opératoires habituelles d’une chirurgie des mâchoires, et il est important de bien les connaitre afin de mieux les accepter.

  • Œdème du visage : une chirurgie des mâchoires s’accompagne toujours d’un gonflement du visage plus ou moins important. C’est une réaction post-opératoire normale, plus ou moins marquée selon les patients. L’œdème du visage est maximal le premier jour après la chirurgie, et va rester important une quinzaine de jours. Cet œdème va progressivement disparaitre en un mois environ. L’application de glace sur le visage durant la période post-opératoire est le meilleur remède à ce gonflement du visage.
  • Alimentation : elle sera liquide par la bouche les deux jours d’hospitalisation, puis mixée dès le retour à la maison (purées, compotes, yaourts…). Ensuite chaque patient va durcir progressivement son alimentation à son rythme (viande hachée, poisson, pâtes…). Le retour à une alimentation normale prend environ un mois et demi. C’est le temps nécessaire pour que les mâchoires consolident parfaitement.
  • Hygiène endobuccale : c’est un point fondamental si l’on veut que les suites de la chirurgie soient simples. Puisque toutes les sutures chirurgicales sont cachées dans la bouche, il est indispensable de garder la meilleure hygiène buccale possible afin d’éviter une infection des mâchoires. Durant votre hospitalisation, les consignes d’hygiène vous seront expliquées par une aide-soignante. Lors de votre départ, une ordonnance vous sera remise et expliquée par votre chirurgien, avec toutes les consignes à respecter à la maison en matière d’hygiène endobuccale.
  • Nez bouché : pendant plusieurs jours après l’intervention, le nez peut être partiellement ou complètement bouché. Cela est lié d’une part à l’œdème global du visage et d’autre part au passage des anesthésistes par le nez pour vous endormir. C’est inconfortable mais non douloureux, et vous pourrez, dès le lendemain de l’intervention, commencer à nettoyer le nez pour le déboucher.
  • Douleurs : la chirurgie des mâchoires est une chirurgie peu douloureuse. Des antalgiques (médicaments anti-douleurs) vous seront donnés systématiquement dés votre retour du bloc opératoire, et une infirmière passera régulièrement vous voir durant votre hospitalisation afin d’adapter les médicaments antalgiques en fonction de vos douleurs éventuelles. L’inconfort post-opératoire de cette chirurgie est par contre bien réel, lié à l’œdème du visage, au port d’élastiques, aux difficultés à parler et à avaler sa salive, au nez bouché…Il s’agit là d’un inconfort incontournable après ce genre de chirurgie, mais qui disparait heureusement en quelques jours.
  • Elastiques : Afin de guider vos mâchoires dans leur nouvelle position, des élastiques seront placés entre vos mâchoires supérieure et inférieure en fin d’intervention chirurgicale. Vous devrez garder ces élastiques durant les deux jours d’hospitalisation, et le jour du départ toutes les explications vous seront données afin de pouvoir retirer et remettre en place vous-même ces élastiques à la maison. Le port des élastiques peut varier d’un chirurgien à l’autre et votre chirurgien vous expliquera précisément ce qu’il attend de vous. Si vous avez besoin d’ouvrir la bouche en grand, les élastiques sauteront et seront remis ensuite, cela ne pose aucun problème. Les élastiques gênent très peu pour parler.
  • Sensibilité : Après une chirurgie des mâchoires, la sensibilité des lèvres supérieure (après une intervention sur la mâchoire supérieure) et inférieure (après une chirurgie de la mâchoire inférieure ou du menton) est toujours perturbée. La baisse de sensibilité s’accompagne de picotements, décharges électriques et chatouillements durant la phase de régénération neurologique. En ce qui concerne la lèvre supérieure, la sensibilité revient progressivement à la normale en un mois environ. En ce qui concerne la lèvre inférieure, la sensibilité met très longtemps à revenir (jusqu’à deux ans) et peut parfois rester imparfaite même  au bout de deux ans. Cela est finalement peu gênant dans la vie courante car c’est invisible, c’est indolore, et la motricité du visage (parler, manger, rire…) est normale.
  • Changements esthétiques : Le fait de changer la position de vos mâchoires va avoir un impact plus ou moins visible sur l’esthétique de votre visage. Cela a été anticipé par votre chirurgien dont l’objectif est d’obtenir chez vous le meilleur résultat possible à la fois fonctionnel (occlusion dentaire) et esthétique. Une psychologue spécialisée dans le retentissement esthétique de la chirurgie des mâchoires est à votre disposition dans notre unité si vous le souhaitez.

La chirurgie des mâchoires est une chirurgie lourde et votre chirurgien va mettre toute son expérience à votre service afin de réduire au maximum le risque de complications opératoires. Vous devez cependant savoir et accepter que certaines complications plus ou moins graves puissent survenir lors d’une chirurgie des mâchoires.

Risques fréquents

  • Douleurs, claquements, ressauts dans la région des articulations temporomandibulaires (en avant des oreilles). Ces symptômes signent une adaptation des articulations à votre nouvelle position des mâchoires. Si ces symptômes existaient avant l’intervention, il se peut qu’ils persistent et parfois s’aggravent transitoirement en postopératoire.
  • Modification de l’esthétique faciale. Les changements esthétiques peuvent parfois être difficiles à accepter et nécessiter une aide psychologique afin d’intégrer son nouveau visage, même s’il est plus harmonieux et plus équilibré.
  • Infection post-opératoire. La cavité buccale n’étant pas une cavité stérile, les sites opératoires peuvent parfois s’infecter en phase postopératoire. Il faut alors recontacter son chirurgien pour qu’il mette en place le traitement adapté. Une hygiène buccale parfaite permet de limiter ce risque infectieux.

Risques rares et exceptionnels

  • Saignement importants en phase post-opératoire. Ils peuvent nécessiter une reprise opératoire.
  • Absence de consolidation osseuse.
  • Déplacement secondaire des ostéotomies. Si le résultat chirurgical n’est pas parfait, le chirurgien en accord avec l’orthodontiste peut indiquer une reprise opératoire pour parfaire le résultat.
  • Fracture complexe per-opératoire. Cela peut nécessiter une durée de blocage des mâchoires prolongée en post-opératoire.
  • Lésions dentaires. Du fait de la proximité de l’organe dentaire avec les sites d’ostéotomies, des dévitalisations dentaires peuvent exceptionnellement être observées en postopératoire.
  • Lésion du nerf facial. Très rarement, une paralysie faciale habituellement temporaire peut être observée dans la région inférieure du visage.

Repères importants

  • Durée de la préparation orthodontique pré-chirurgicale : 6 à 18 mois
  • Durée de la phase de finitions orthodontiques post-opératoire : 6 à 12 mois
  • Durée de l’intervention chirurgicale : 1 à 2 heures
  • Durée de l’hospitalisation : 1 à 3 jours
  • Durée de l’alimentation molle : 6 semaines
  • Durée de l’œdème du visage : 15 jours à 1 mois
  • Durée du repos à domicile (arrêt de travail) : 1 mois
  • Durée de la dispense d’activités sportives : 2 mois