Consulter un medecin

Innovation en chirurgie orthopédique

Publié le 10-05-2021
Chaque année, plus de trois mille prothèses de genou et de hanche sont posées aux HCL. L’arrivée au bloc opératoire d'un robot de dernière génération marque une nouvelle avancée.

Depuis les années 1990, les systèmes robotiques ne cessent de progresser. Les études ont montré qu’ils améliorent la précision du geste chirurgical et sa reproductibilité. Les interventions sont moins invasives, moins traumatisantes, préservant la musculature autour des articulations. En février dernier, les HCL ont réceptionné un système de dernière génération. L’utilisation de ce système robotisé sera partagée entre le service de chirurgie orthopédique et traumatologie de l'Hôpital Lyon Sud et le service de chirurgie orthopédique et médecine du sport de l'Hôpital de la Croix-Rousse. On vous explique pourquoi cela représente une énième avancée au bénéfice des patients et des professionnels de santé.

« Le robot Mako offre la possibilité de nouvelles approches anatomiques », explique le Pr Sébastien Lustig, chef de service adjoint en chirurgie orthopédique et médecine du sport à l'hôpital de la Croix-Rousse. À partir du scanner du patient, le logiciel associé au système robotique crée un modèle anatomique en trois dimensions.

« Le robot va suivre, à la lettre, les indications du chirurgien et ainsi rendre le geste plus précis afin d’améliorer la survie des implants prothétiques et la satisfaction du patient », détaille le Dr Anthony Viste, chef de service adjoint en chirurgie orthopédique à l’hôpital Lyon Sud.

Le chirurgien peut dès lors visualiser l’anatomie de son patient et choisir la meilleure stratégie chirurgicale. Chaque intervention est donc personnalisée. Le geste optimisé par le système robotique ultraprécis réduit les risques et les douleurs post-opératoires. Le patient va récupérer plus vite et la durée de son hospitalisation va être réduite. Cette technologie permet également « d’améliorer la prise en charge chirurgicale des cas les plus complexes présentant des anomalies congénitales ou de fortes déformations », tout en remplissant une fonction éducative essentielle dans un CHU, lieu de recherche et d’enseignement.

L’intérêt de la robotique se prolonge par le recueil de données factuelles. Digérées par l’intelligence artificielle, elles font avancer la recherche. « Nous allons pouvoir, par exemple, comparer l’efficacité des prothèses avec ou sans ciment », détaillent les spécialistes. Plus largement, les informations produites facilitent l’évaluation de son efficacité clinique et de son intérêt médico-économique.

Unique aux HCL, Mako est un assistant que les chirurgiens sollicitent plusieurs fois par semaine, soit plusieurs dizaines d’opérations orthopédiques réalisées tous les mois aux sein des Hospices Civils de Lyon.