Consulter un medecin

Dans le cadre de la pandémie, merci de consulter cette rubrique avant de vous rendre dans l’un de nos établissements. En Savoir+

Varicocèle

La varicocèle est une dilatation des veines du cordon spermatique (situées au niveau des bourses, au-dessus et autour du testicule), conséquence d'un mauvais fonctionnement de valves situées dans les veines.

Le côté gauche est principalement atteint pour des raisons anatomiques, mais les deux bourses peuvent être touchées.

Dans les études épidémiologiques, la fréquence de la varicocèle peut aller jusqu'à 22 % des hommes de la population générale. Cette anomalie est plus fréquente chez les hommes ayant une infertilité, atteignant 40 % pour ceux ayant une anomalie du spermogramme.

Seules les varicocèles palpables ont fait la preuve d'une association avec l'infertilité masculine.

Cette dilatation des veines du cordon spermatique, lorsqu’elle est symptomatique, peut occasionner des douleurs testiculaires, notamment lors des efforts de poussée, et occasionner une diminution de la fertilité par atteinte de la production de spermatozoïdes (exposition excessive à la chaleur).

Une échographie scrotale sera réalisée après examen clinique, afin d’apprécier l’importance de la varicocèle et surtout déterminer les possibilités de traitements.

Le principe du traitement

Le principe du traitement de la varicocèle est de bloquer le reflux de sang vers le testicule (cure de varicocèle). Deux possibilités de traitement peuvent être proposées, avec des résultats comparables.

L'embolisation percutanée en radiologie interventionnelle 

A l’aide d’une ponction d’une veine du bras ou de la cuisse, un cathéter est introduit jusqu’à la veine testiculaire afin d’y déposer des substances (micro-ressorts [coils] ou colle biologique [agent sclérosant]) permettant d’obstruer définitivement la veine dilatée. Cette procédure se déroule sous contrôle d’imagerie par rayons X. Une intervention chirurgicale peut être proposée en cas d’échec de l’embolisation.

Chirurgicale

Une courte incision est pratiquée au niveau du pli de l'aine ou au-dessus par cœlioscopie ou par voie chirurgicale ouverte (par voie inguinale ou sub-inguinale). Les veines testiculaires sont identifiées et ligaturées.

Ces traitements permettent de traiter efficacement plus de 90 % des varicocèles, avec diminution des douleurs, amélioration des caractéristiques spermatiques (nombre, mobilité) et qualité des spermatozoïdes par diminution de l’exposition à la chaleur et diminution du stress oxydant. La restauration de la fertilité n’est toutefois pas toujours constante ni complète.

A qui s’adresse le traitement et dans quelles circonstances ?

Selon les recommandations de l’association française d’urologie, lorsqu'un couple consulte pour infertilité et que l'homme présente une varicocèle, plusieurs conditions doivent être réunies pour porter l'indication du traitement :

  • la varicocèle doit être palpable à l'examen clinique du scrotum,
  • le couple doit avoir une infertilité d'au moins un an,
  • la femme doit avoir une fertilité normale ou une cause potentiellement curable d'infertilité,
  • le patient doit avoir des anomalies spermatiques au spermogramme.

Un traitement pourra aussi être proposé pour prévenir une dégradation du spermogramme dans le temps.

Une échographie scrotale sera réalisée après examen clinique, afin d’apprécier l’importance de la varicocèle et surtout déterminer les possibilités de traitements.

Pour l’embolisation percutanée

L'intervention se pratique en ambulatoire, à jeun, et est effectuée sous anesthésie locale. Elle dure environ une heure. Un arrêt de travail n’est généralement pas nécessaire mais il est conseillé d’éviter les efforts physiques pendant les 24 à 48 heures qui suivent l’intervention.

Pour la chirurgie

Comme pour toute intervention chirurgicale, une consultation d’anesthésie pré-opératoire est nécessaire quelques jours avant l’opération. L’intervention se déroule sous anesthésie générale ou loco-régionale, le plus souvent en ambulatoire. Les efforts doivent être évités pendant un mois. La convalescence et l’arrêt de travail seront adaptés au métier exercé.

Pour l’embolisation percutanée 

Il peut se produire un hématome localement, au niveau du point de ponction, qui se résorbera ensuite. Dans de rare cas, le matériel d’embolisation peut migrer.

Pour la chirurgie :

Dans la grande majorité des cas, il n’y a pas de complications.

  • Toutefois, comme toute intervention chirurgicale, des complications sont possibles : infection, saignement avec hématome possible et exceptionnellement transfusion, phlébite et embolie pulmonaire, allergie. Il est rappelé que fumer augmente le risque de complications chirurgicales de toute chirurgie, en particulier le risque infectieux (X3) et les difficultés de cicatrisation (X5).
  • Complications spécifiques à cette intervention : apparition secondaire d’une collection liquidienne autour du testicule (hydrocèle), récidive, retard de cicatrisation, atrophie testiculaire et dans de très rares cas : retentissement sur la fertilité.

Un spermogramme de contrôle sera demandé 3 mois après la réalisation du geste, afin d’apprécier l’amélioration des caractéristiques spermatiques, suivi d’une consultation médicale.