Consulter un medecin

Dégénérescence Maculaire Liée à l'Age (DMLA)

La Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge est une maladie dégénérative de la rétine d’évolution chronique qui touche les personnes de plus de 50 ans.

Elle atteint la région maculaire, c'est à dire la zone centrale de la rétine, entraînant une perte progressive de la vision centrale, fine des détails (gêne pour la lecture de près, la conduite automobile...). Elle laisse habituellement intacte la vision périphérique ou latérale. Les patients atteints de DMLA ne deviennent donc jamais aveugles puisqu’ils gardent leur vision périphérique. 

Les facteurs de risque clairement définis de la DMLA sont l’âge et le tabac. Des facteurs génétiques sont aussi en cause et pourraient déboucher sur des thérapeutiques spécifiques.

Les premiers signes de la maladie sont habituellement discrets et peuvent être négligés, retardant le diagnostic : une baisse de la vision chez la personne qui prend de l’âge ne doit pas être mise sur le compte du vieillissement naturel !

Les signes potentiellement évocateurs sont les suivants :

  • Diminution de la sensibilité aux contrastes
    D’abord vous pouvez avoir l’impression de manquer de lumière pour lire ou écrire. Les images peuvent vous paraître plus ternes ou jaunies.
  • Diminution de l’acuité visuelle
    Vous pouvez également ressentir des difficultés à percevoir les détails, et nécessite d’augmenter les sources lumineuses. La baisse de l’acuité visuelle peut intervenir de manière rapide.
  • Déformation des lignes droites (métamorphopsies)
    Vous pouvez aussi percevoir les lignes droites comme déformées ou ondulées.

Apparition d’une tache sombre centrale (scotome central). En effet, vous pouvez alors percevoir une tache noire ou grise (appelée scotome) devant l’œil, qui vous gêne pour distinguer les éléments.

On distingue deux formes évolutives de DMLA, la forme atrophique (ou « sèche ») et la forme exsudative (ou « humide »), qui ont les mêmes conséquences sur la vision mais évoluent à des vitesses différentes.

La DMLA « sèche » ou atrophique est de loin la plus fréquente. Cette forme évolue lentement, mais inéluctablement vers une baisse sévère de l’acuité visuelle. Elle se caractérise par la disparition progressive des cellules de l’épithélium pigmentaire de la rétine et des cellules photoréceptrices.
Aujourd’hui, aucun traitement n'existe sur le marché, même s’il peut être conseillé certaines vitamines et compléments alimentaires pour stabiliser le processus. L’arrêt du tabac est aussi conseillé. Plusieurs traitements très prometteurs sont en cours d’étude, permettant de stabiliser cette forme fréquente de DMLA.

La DMLA exsudative ou « humide » est la forme la moins fréquente mais la plus bruyante. Elle se caractérise par la formation de nouveaux vaisseaux (« néovaisseaux ») sous la rétine, qui vont la détruire et diminuer la vision.

Son évolution peut être particulièrement rapide, conduisant à une perte de la vision centrale en quelques semaines à quelques années. Pour cette forme, des solutions thérapeutiques existent et sont maintenant quasiment systématiquement utilisées. En effet, ces traitements, prescrits et administrés par un spécialiste en ophtalmologie, ont été mis sur le marché ces dernières années : il s’agit d’agents anti-angiogéniques qui sont administrés régulièrement (au début, tous les mois) sous forme d’injections intravitréennes. Ces traitements permettent pour la première fois de regagner de la vision, ce qui est un progrès considérable pour cette forme grave.