Consulter un medecin

Dissection sous-muqueuse endoscopique

Les tumeurs précancéreuses et cancéreuses superficielles du tube digestif sont des lésions locales, sans risque de métastase qui doivent être enlevées complétement pour éviter qu’elle n’évolue vers des lésions plus invasives. Pour ces tumeurs, le traitement le moins dangereux est la résection endoscopique par les voies naturelles (morbidité < 5 %, mortalité proche de 0 %) alors que la chirurgie correspondante à une morbidité plus importante (20 % dans le colon, jusqu’à 40 % dans l’œsophage) et une mortalité non nulle (0.5 % dans la chirurgie colique et jusqu’à 2-3 % en centre expert pour l’œsophage).

La dissection sous-muqueuse est une technique avancée de résection endoscopique permettant de réséquer parfaitement et complètement, en un seul fragment la tumeur pour que l’analyse de la tumeur soit parfaite et que l’on puisse affirmer la guérison du patient. Cette technique est assez récente et très peu diffusée en Europe du fait de sa difficulté d’apprentissage et de sa complexité mais l’équipe de l’hôpital Édouard Herriot en a fait l’une de ses spécialités dans les différents sites du tube digestif (1er centre européen en nombre de procédures de dissection en particulier colique).

A tous les patients présentant une tumeur superficielle de l’œsophage, de l’estomac, du rectum ou du colon lorsque cette lésion est suspecte de dégénérescence mais sans être profondément invasive. Au contraire, pour les lésions sans aucune suspicion de dégénérescence il existe une autre technique plus répandue (mucosectomie piece meal) et moins risquée et pour les lésions invasives profondes la chirurgie colique reste la solution thérapeutique.

Le traitement se déroule au cours d’une endoscopie standard identique à l'examen diagnostique que les gens ont subi et qui a permis de détecter la lésion en question.

Pour une lésion de l’œsophage ou de l’estomac, l’examen sera une gastroscopie et pour les lésions colorectales au cours d’une coloscopie après préparation du colon. La particularité est que le geste se fait sous anesthésie générale. Au bout de l’endoscope, un petit bistouri électrique est utilisé pour inciser autour et sous la lésion et la décrocher de la paroi. Tout se passe comme si la maladie était un bout de papier peint malade sur un mur de maison et que la procédure vienne découper le bout de papier peint malade avec de la marge normale tout autour (pour affirmer le caractère complet) en passant dans l’enduit (sous-muqueuse) sans toucher les briques du mur (muscle) pour ne pas perforer l’organe et le garder étanche.

Les contre-indications sont les lésions invasives profondes. Chez les malades sous anticoagulant, une fenêtre d’anticoagulation est nécessaire pour pratiquer l’opération.

Les risques sont les saignements retardés (1 % dans le colon, 5 % dans l’estomac, risque augmenté sous anticoagulant) et les perforations (risque faible désormais < 3 % et peuvent être refermées efficacement dans plus de 90 % des cas au cours de l’endoscopie. Dans de rares cas, si la complication ne peut être traitée endoscopiquement, une chirurgie secondaire peut être nécessaire pour traiter la complication ou réséquer le morceau du tube digestif où la lésion était située.