Consulter un medecin

Ophtalmopathie Basedowienne (Ophtalmopathie Dysthyroïdienne)

L’Ophtalmopathie (ou Orbitopathie) Basedowienne (OB) est une maladie ophtalmologique auto-immune qui survient parfois chez les patients ayant présenté une maladie de la thyroïde : maladie de Basedow, thyroïdite d’Hashimoto… Cette maladie touche principalement les femmes de plus de 40 ans. Le tabac est un facteur aggravant.

L’atteinte ophtalmologique est très variable dans sa présentation et dans sa gravité.
Dans les formes mineures, une simple exophtalmie inesthétique est présente.
Dans les formes majeures, il y a un risque de perte de la vision (cécité). Les symptômes suivants peuvent être observés :

  • Exophtalmie (les yeux sortent de la cavité orbitaire)
  • Vision double (diplopie)
  • Rétraction des paupières
  • Conjonctivite (yeux rouges et larmoyants), Œdème conjonctival, Hypersensibilité à la lumière
  • Douleurs
  • Lésions cornéennes
  • Neuropathie optique (formes graves)

La maladie entraîne une augmentation de volume des tissus qui se trouvent à l’intérieur de la cavité orbitaire, en particulier la graisse et les muscles oculomoteurs. Le globe oculaire est alors repoussé vers l’avant et les muscles qui animent l’œil fonctionnent moins bien. Cela explique l’exophtalmie et la vision double (diplopie).

Le diagnostic est habituellement posé par un ophtalmologue, un endocrinologue ou un médecin généraliste à partir des symptômes rapportés par le patient. Un bilan sanguin est alors réalisé, à la recherche d’une anomalie de sécrétion des hormones thyroïdiennes. Un bilan scanner et/ou IRM est également prescrit :

Scanner d’un patient présentant une ophtalmopathie basedowienne

Scanner d’un patient présentant une ophtalmopathie basedowienne

Le traitement de la maladie est coordonné par un médecin endocrinologue. Il faut en particulier corriger la maladie thyroïdienne à l’origine de l’ophtalmopathie, soit de manière médicale (anti-thyroïdiens de synthèse, iode radioactif…) soit de manière chirurgicale (thyroidectomie).

La première phase de la maladie est habituellement inflammatoire et fait appel à divers traitements médicaux (anti-inflammatoires, radiothérapie orbitaire) et à des mesures de protection cornéenne (larmes artificielles, lunettes noires…).

La seconde phase de la maladie laisse éventuellement persister un certain nombre de séquelles :

  • Exophtalmie plus ou moins marquée
  • Vision double
  • Rétraction palpébrale

Le traitement de ces séquelles orbitaires est alors chirurgical.

Consultez la fiche traitement « Décompression Orbitaire ».