Simuler, c'est bon pour la santé

Rattaché à la structure hospitalo-universitaire SimuLyon, le Centre lyonnais d’enseignement par la simulation en santé forme et perfectionne les professionnels grâce à des mannequins ultraperfectionnés.

Balthazar ne doit pas mourir… Âgé de 18 ans, le jeune homme a été victime d’un accident de moto et admis à l’hôpital de Valence avec un gros fracas du bassin, des fractures costales accompagnées d’un pneumothorax, une fracture ouverte de la jambe gauche. Transféré au bloc opératoire, après un passage en déchocage, il est agité, très douloureux et présente un choc hémorragique. Son état inquiète les huit membres de l’équipe, chirurgien, anesthésistes, infirmier de bloc opératoire, infirmier anesthésiste, qui décident de le stabiliser avant de le transférer le plus vite possible vers un CHU mieux équipé. Mais alors que le chirurgien clampe l’aorte sous-rénale, ses constantes chutent. « Il est en train de s’arrêter, il faut qu’on le masse. »

En fait Balthazar ne va pas mourir. Parce que l’équipe a réussi à le stabiliser mais surtout parce que Balthazar, mannequin de formation haute-fidélité Laerdal, ne peut pas mourir. Quant au bloc opératoire, c’est le décor d’un exercice de simulation et l’accident, un scénario fictif. 

Image
Intervention du technicien de la société Laerdal Médical, fournisseur de matériels de formation et thérapeutique, lors de la journée de simulation, en juin 2021.

Un mannequin unique en Europe

Nous sommes au Cless, Centre lyonnais d’enseignement par la simulation en santé. Implanté au sein de la Faculté de médecine de Lyon-Est, adossé aux Hospices Civils de Lyon, ce centre de simulation créé en 2014 est l’un des plus importants de France. Orienté sur la formation par simulation pour les disciplines liées à l’urgence et à l’anesthésie-réanimation, il forme des étudiants de toutes les filières de santé de l’université Claude-Bernard Lyon 1 et des professionnels de santé de tous horizons, dans le centre ou in situ.

« Nous enregistrons près de 5 500 passages annuels, en augmentation de 15 à 20 % par an », constate Lucas Denoyel, responsable opérationnel du centre, qui termine de préparer le matériel et la salle pour l’exercice du jour.
Nous sommes le 7 juin, il est 7h45, les vingt-quatre apprenants de quatre CHU de la région attendus ne sont pas encore arrivés mais c’est déjà l’effervescence des grands jours. « C’est la troisième année que nous organisons un exercice de cette ampleur avec autant d’apprenants d’horizons différents et un modèle de mannequin ultra-perfectionné, unique en Europe », se réjouit le Pr Thomas Rimmelé, responsable du Cless et chef de service adjoint au service d'anesthésie-réanimation de l’hôpital Edouard Herriot. 

À 8h30, les huit premiers participants – un chirurgien assistant clermontois, deux internes anesthésistes lyonnais, deux infirmiers de bloc opératoire et trois infirmiers anesthésistes – s’installent dans la salle de briefing où sont réunis les formateurs. Chaque procédure dure 2h30 (il y en aura quatre dans la journée) et se déroule en trois temps : explication du cas pratique, la procédure en elle-même et le débriefing.

« Tout ce qui se passe ici ne sort pas d’ici », rassure le Dr Rodolphe Lelaidier, anesthésiste-réanimateur à l'hôpital Edouard Herriot, membre de l’équipe du Cless. « Et n’a pas d’incidence sur la suite de votre cursus. Vous faites comme dans la vraie vie, il n’y a pas de piège. » Le cadre posé, il est temps de passer aux choses sérieuses.

Serious game

À 9h15, chacun s’équipe avec blouse, tablier de plomb, charlotte, lunettes… avant de visiter le bloc, plus vrai que nature, en compagnie des instructeurs. Puis retour dans la salle de briefing pour prendre connaissance du scénario, poser les questions et opter pour une stratégie. Pendant ce temps, dans la salle de contrôle adjacente, l’équipe technique se prépare.
« Le scénario de collaboration chirurgie/anesthésie qui va se dérouler est écrit avec différents embranchements et piloté, pendant la procédure, par un expert ayant une vision précise de ce qui se passe dans le bloc, grâce aux caméras », détaille le Pr Rimmelé.

Tandis que les huit participants s’affairent autour d’un Balthazar mal en point et programmé pour leur donner du fil à retordre, dans la salle de briefing les cinq formateurs suivent avec attention l’action via un grand écran.

« Ce qui nous intéresse, c’est comment les différents métiers interagissent entre eux, comment ils communiquent. Nous savons que les compétences techniques sont là, c’est le relationnel le plus important », insiste le Pr Rimmelé. « Dans ces situations de grand stress, tout le monde doit être à sa place et savoir ce qu’il a à faire. »

Image
Salle de débrief permettant de suivre en direct les interventions. Ici, simulation d’une prise en charge non programmée.
Salle de débrief permettant de suivre en direct les interventions. Ici, simulation d’une prise en charge non programmée.

L’entièreté de l’équipe

La séquence d’environ quinze minutes terminée, les huit apprenants sortent du bloc visiblement éprouvés. Débarrassés de leurs tenues, ils rejoignent pour le débriefing la salle vidéo, où le Dr Lelaidier les accueille avec un large sourire et s’enquiert de leur ressenti. « Chaleur » et « stress » sont les premiers mots qui fusent. « La partie débriefing est essentielle », explique t-il. « Nous nous concentrons sur le fonctionnement de l’équipe et les raisons de vos choix. » La stratégie choisie par l’équipe est rapidement discutée, une alternative est proposée, puis chaque corps de métier est interrogé sur sa compréhension et son ressenti de la situation. « C’était un peu chaotique au début, mais nous sommes arrivés à bien nous coordonner ensuite », résume Thomas, interne en anesthésie. Les difficultés sont exprimées : le brouhaha ambiant qui empêche de bien s’entendre, la situation d’urgence qui nécessite que chacun soit concentré sur sa tâche au risque de ne pas faire attention à ce qui se passe autour, le manque de communication entre anesthésistes et chirurgien, la difficulté d’avoir les informations sur le protocole de chirurgie… Les formateurs rebondissent, rappelant l’importance de la check-list, « Même si elle est réduite à sa plus simple expression, c’est une étape réglementaire. Idem pour le check point », leur rappelle le Dr Lelaidier. Au cours du tour de table, Marion, interne en anesthésie, reconnaît n’avoir jamais vécu une telle situation et exprime sa difficulté à prendre en charge le patient autour d’un geste dont elle ignore tout. Les formateurs l’incitent à prendre le temps de comprendre le geste en posant des questions simples :

  • Peux-tu m’expliquer ce geste ?
  • Y a-t-il des choses auxquelles je dois être attentive ?
  • Quels sont les temps forts de cette chirurgie ?

« C’est important d’investir du temps même dans une situation d’urgence », résume le Dr Lelaidier, déjà prêt à accueillir le deuxième groupe de la journée.

Image
Analyse de l'image
Analyse de l'image

 

Dernière mise à jour le : jeu 20/01/2022 - 14:30
Blocs libres

Simulyon, la simulation en action
« En jouant avec les émotions et avec le stress, qui font monter la charge cognitive, la simulation permet de mieux ancrer les apprentissages. » Permettant de travailler les gestes techniques mais aussi le savoir-être, la communication et le leadership, son développement se fait autour de l’adage « jamais la première fois sur le patient ». « Si ce type de formation est chronophage et représente un coût, il est minime au regard du coût d’un accident ou d’une erreur médicale », insiste le Pr Rimmelé, se félicitant de la  récente création de Simulyon, qui pilote l’ensemble des activités de simulation en santé pour les HCL et l’université de Lyon.