Spondyloarthrite

Résumé
La spondyloarthrite (SpA) est un rhumatisme inflammatoire chronique.

Qu'est-ce que la spondyloarthrite ?

La spondyloarthrite (SpA) est un rhumatisme inflammatoire chronique. Elle est considérée comme l’expression d’une inflammation des enthèses, c’est-à-dire des zones d’insertion sur l’os des tendons, ligaments, capsule articulaire.

La spondyloarthrite se manifeste par des douleurs de rythme inflammatoire qui touchent la colonne vertébrale, le bassin au niveau des articulations sacro-iliaques. On parle de SpA axiale.

La maladie peut comporter des signes inflammatoires périphériques, au niveau des articulations (volontiers des membres inférieurs), et ou au niveau des tendons, en particulier le tendon d’Achille.

Le risque, au-delà des douleurs, est un enraidissement de la colonne vertébrale, par des ossifications : on parle de spondylarthrite ankylosante. L’ankylose supprime la souplesse rachidienne et limite les capacités respiratoires. Un autre risque est la survenue d’inflammation oculaire, uvéite.

Comment évolue la maladie ?

La maladie évolue souvent par poussées inflammatoires, au rachis, aux articulations, entrecoupées de périodes moins symptomatiques. Le traitement précoce des poussées est indispensable pour éviter les complications et maintenir la qualité de vie.

On peut parler des spondyloarthrites, puisqu’il existe plusieurs maladies intriquées à la SpA. En cas de psoriasis, d’arthrites réactionnelles, de rectocolite hémorragique, de maladie de Crohn, les patients peuvent développer des douleurs et une atteinte de type spondyloarthrite.

Comment traiter la spondyloarthrite ?

Les objectifs des traitements sont de supprimer les douleurs, et de prévenir les complications et l’ankylose de la colonne. Il faut viser la rémission, c’est-à-dire un patient sans douleur et vivant le plus normalement possible.

Le traitement repose sur les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). Ils ont leurs limites. En cas de traitement AINS continu, ou inefficace, ou mal supporté, le recours est les biothérapies anti-inflammatoires, tels les anti-TNF, les anti-IL17 … Ces biothérapies ont permis de beaucoup améliorer les pronostics des spondyloarthrites.

La pratique d’exercices physiques, la rééducation, sont utiles pour conserver la mobilité du rachis et des articulations, maintenir les capacités respiratoires.

La prise en mains des patients doit être précoce, et soutenue, par le médecin rhumatologue, et le médecin traitant.

Dernière mise à jour le : mer 04/08/2021 - 15:58
Services HCL

Hôpital Lyon Sud
- Service de rhumatologie

Hôpital Edouard Herriot
- Service de rhumatologie et pathologie osseuse

Dispositif Covid-19