Consulter un medecin

Dans le cadre de la pandémie, merci de consulter cette rubrique avant de vous rendre dans l’un de nos établissements. En Savoir+

Service de médecine légale Hôpital Edouard Herriot

Le service de médecine légale comprend l’institut de médecine légale (IML) et deux unités de médecine légale du vivant : les unités médico-judiciaires (UMJ) majeurs et mineurs. Le centre régional du psycho-traumatisme (CRP) vient compléter ce dispositif. 

Le service de médecine légale prend en charge au sein des Unités Médico-Judiciaire, les victimes de toutes violences et répond à toutes les demandes des autorités judiciaires dans le cadre pénal. Le soin et la préservation des preuves doivent être réalisés rapidement. C’est pourquoi l’UMJ est accessible 365 jours par an, 24h/24h. 

Maintenir et adapter la prise en charge des victimes de violences en période d’épidémie 

Parce que la violence ne s’arrête pas en période d’épidémie, la procédure judiciaire et la prise en charge médico-légale sont maintenues selon la procédure habituelle.

Mise en place d'une procédure de téléconsultation dans certains cas de figure

Afin de limiter les déplacements dans ce contexte épidémique, une procédure de téléconsultation spécifique pourra vous être proposé par l’officier de police ou de gendarmerie qui reçoit votre plainte. Cette prise en charge est proposée au cas par cas, si la situation médicale le permet et qu’il a été considéré qu’un examen médicolégal à distance était possible. 

Elle concerne uniquement les violences suivantes :  

  • Les violences psychologiques et morales
  • Les faits traumatiques anciens ne nécessitant pas d’examen
  • Les violences physiques dites légères à modérées 
Comment se déroule une téléconsultation avec les unités médico-judiciaires ?
  • A l’issue du dépôt de plainte et avec votre consentement, l’officier de police ou de gendarmerie contacte le secrétariat de l’UMJ pour organiser un rendez-vous en téléconsultation.  Pour cela il vous sera demandé votre numéro de téléphone et si possible votre adresse mail. 
  • Une fiche d’information vous est alors remise contenant les consignes pour votre téléconsultation. 
  • Vous recevrez ensuite un sms et/ou un email du service de médecine légale indiquant ce que vous devez faire avant la téléconsultation et le jour de sa réalisation. 
Est-ce que le secret médical et judiciaire est assuré ?
Le secret médical et le secret judiciaire sont assurés comme lors d’une consultation au sein des locaux des unités médico-judiciaires. Afin de répondre aux exigences de la justice, la réquisition des autorités et le certificat remis par le médecin légiste mentionneront que l’examen a été fait via téléconsultation.
 

Ce dispositif ne concerne pas les victimes de violences sexuelles, conjugales, intrafamiliales, de blessures par arme blanche, par arme à feu ou multitudes de blessures ou exercées sur mineur dont l’examen par un médecin légiste est obligatoire pour la suite du dossier.


Les UMJ : un accompagnement médical et psychologique pour les victimes de violence

Chaque année plus de 3500 victimes sont accueillies au sein du service :

  • Examens de victimes mineures et majeures sur réquisition d’une autorité judiciaire avec établissement de certificat médical :

    • Violences sexuelles
    • Violences intra familiales
    • Violences conjugales
    • Violences scolaires
    • Maltraitance infanto-juvénile
    • Maltraitance sur les personnes âgées
    • Accidentologie (travail, loisir, transport)
  • Examens de gardés à vue
  • Estimation de l’âge physiologique.
  • Victimologie

​Véritable outil de fonctionnement de la Justice au quotidien, les unités médico-judiciaires (UMJ) sont des unités hospitalières de consultations composées principalement de médecins légistes et de psychologues, qui accueillent les victimes majeures et mineures ayant subi toutes formes de violences (violences conjugales, intra familiales, scolaires, violences sexuelles...) après un dépôt de plainte, pour constater des blessures physiques et psychiques. 

Au sein de l’UMJ de l’hôpital Edouard Herriot, le circuit a été pensé pour offrir la meilleure prise en charge possible, avec :

  • 3 bureaux de consultation ;
  • 1 salle d’examens gynécologiques ;
  • Une salle d’attente dédiée aux patients majeurs et l’autre aux victimes mineures. 
  • Une salle d’attente pour les personnes placées en en garde à vue, que la justice et l’équipe ont souhaité « à part, afin d’éviter tout contact éventuel entre victimes et personnes gardées à vue ».

La prise en charge médicale

Pour les victimes de violence, deux parcours sont possibles :

  • Dans le cas de blessures graves, la prise en charge première est effectuée par les services d’urgences et la victime admise dans un service hospitalier. Les services de police et de gendarmerie demandent alors une intervention des médecins de l’UMJ au lit du patient.
  • La plupart du temps, les victimes, après avoir déposé plainte au commissariat ou à la gendarmerie, sont adressées à l’UMJ. L’unité n’accueille pas directement du public ; la plainte est un préalable obligatoire à la consultation. 

L’examen médico-légal consiste en :

  • Un examen clinique pour constater les coups et blessures et éventuellement effectuer des prélèvements. La description précise des lésions est primordiale pour l’instruction du dossier et permet de déterminer s’il y a une Incapacité Totale de Travail (ITT), c’est-à-dire un temps pendant lequel la victime est très gênée dans les gestes de la vie courante.
  • Une prise en charge psychologique qui permet d’apprécier le retentissement psycho traumatique des violences subies. Cette prise en charge est réalisée par les psychologues des UMJ, en collaboration avec le centre régional du psycho traumatisme et les associations d’aide aux victimes. 

L’ensemble des constations font l’objet d’un certificat adressé aux services enquêteurs et au Parquet. Le document est une pièce importante au cours de la procédure judiciaire. Sa précision peut être déterminante au stade de l’instruction, notamment en matière de causalité et d’imputabilité des lésions.

La prise en charge psychologique

Au sein des UMJ de l’hôpital Edouard Herriot, 9 médecins et 2 psychologues prêtent une oreille attentive et accompagnent ces victimes souvent en grande souffrance psychologique et psychique.  
Pour écouter et accompagner, une prise en charge psychologique est systématiquement proposée et une attention particulière a été portée au suivi avec :

  • Des groupes de parole proposés aux victimes de violences conjugales pour leur permettre d’échanger entre elles, avec des professionnels.
  • Un protocole spécifique en cas de violences sexuelles : les psychologues rappellent les victimes dans les 10 jours suivant les faits pour faire un point avec elles car souvent les symptômes traumatiques apparaissent dans ce délai. 
     

Son domaine de compétence s'exerce tant au niveau local, que régional, voire national et international.

L’activité de l’institut médico-légal comprend l’examen des victimes, la réalisation des autopsies et l’établissement de leur rapport :

  • Thanatologie
    • Levée de corps médico-légal (homicide, morts suspectes…)
    • Autopsies médico-légales (homicide, accident, mort  subite, responsabilité médicale…)
    • Autopsies scientifiques à la demande des familles, de professionnels et/ou d’établissements de santé
    • Examens externes de corps.
  • Anatomopathologie médico-légale
  • Anthropologie médico-légale
  • Imagerie post-mortem
  • Odontologie médico-légale

Le service réalise également des expertises techniques ou en participe aux opérations de reconstitution criminelle dans le cadre de procédures pénales. Au total, ce sont plus de 1000 autopsies qui sont réalisées chaque année par l’Institut Médico-Légal de Lyon :

  • Décès d’origine criminelle ou considérés comme suspects, en lien avec une procédure judiciaire ;
  • Décès sur la voie publique (accidents), suicides et accidents du travail ;
  • Inconnus dont l’identité reste à établir.

Pour réussir sa mission, l’IML travaillent en étroite collaboration avec les policiers, les gendarmes et les magistrats et s’appuie sur une équipe de spécialistes : 

  • Un anatomopathologiste, qui réalise l’examen microscopique des éléments prélevés à l’autopsie ;
  • Un médecin légiste spécialisé en pédiatrie ;
  • Une pharmacienne toxicologue ;
  • Une spécialiste en imagerie post-mortem.
     

Transféré à l’hôpital Edouard Herriot en 2019, l’IML est l’un des instituts médico-légaux les plus récents de France, donc un des plus modernes. 
Il s’organise autour de :

  • 3 salles d’autopsies dont une équipée d’une caméra haute définition, avec 5 tables dernière génération ;
  • Des installations techniques de haut niveau, garantissant la sécurité des opérateurs sur le plan chimique, et technologiques ;
  • Une salle de visio-conférence en lien possibles avec les magistrats ;
  • Une salle d’observation des autopsies ;
  • Une salle des scellés garantissant la sécurité des prélèvements.

 

Hospitalo-universitaire, ce service exerce naturellement une activité d'enseignement, de formation continue (DU InterCrim) et de recherche. La toxicologie et l'imagerie médicolégale, avec un rattachement au laboratoire CREATIS, constituent ses principaux axes de recherche. Il participe également à des projets de recherche transversaux dans les domaines de l'imagerie, de la mort subite et de la victimologie.

Activités

Equipe
Professeur
Laurent FANTON
Chef de service
Docteur
Herve FABRIZI
Chef de service adjoint
Dr. Anne-Sophie
ADVENIER
Dr. Nathalie
CARTISER
Dr. Emmanuelle
DELMARRE
Dr. Tiphaine
GUINET
Dr. Elodie
HATTAT
Dr. Emma
HONYIGLO
Dr. Isabelle
NAHMANI
Dr. Ludivine
NOHALES
Dr. Stephane
TILHET-COARTET
Plan d'accès