Psychomotricien, un métier qui rééduque le corps et l’esprit

Publié le 15-04-2019
Aurélie, Marie, Julie et Servane sont psychomotriciennes à l’hôpital Henry Gabrielle. Elles nous racontent leur quotidien auprès de leurs patients.

Psychomotriciennes Hôpital Henry Gabrielle

Tout au long de la vie, le psychomotricien accompagne chaque patient pour rééduquer son corps, l’aider à retrouver un bien-être intérieur à travers diverses thérapies : expression corporelle, travail sur l’équilibre, exercices d’orientation spatiale…

En une phrase, comment résumez-vous votre métier ?

Julie : Il est toujours difficile d’expliquer de manière succincte notre métier, mais pour décrire la psychomotricité à l’hôpital Henry Gabrielle, nous pouvons dire  qu’il s’agit d’une discipline paramédicale qui fait le lien entre le corps et le psychisme afin de considérer le patient dans sa globalité.

A quel type de patients vous adressez-vous ?

Servane : Nous prenons en charge tous les patients hospitalisés en rééducation à l’hôpital Henry Gabrielle qui ressentent le besoin de réinvestir leur corps.

Quels sont les bénéfices recherchés ou obtenus pour les patients ?

Aurélie : La prise en charge en psychomotricité permet une restructuration psychique au fil de la récupération physique. Les axes de travail privilégiés sont : 
- l’investissement et la prise de conscience du corps,
- la régulation du tonus et la gestion de la douleur,
- la reprise de confiance en soi,
- la posture et l’équilibre,
- le plaisir du mouvement.
Le but de la prise en charge est avant tout la recherche de l’éprouvé, plus que de la performance.

Pouvez-vous nous présenter un projet que vous avez développé ?  

Marie : Nous proposons un groupe « conscience corporelle et expression libre du corps » où les propositions ludiques sont prétextes à se mettre en mouvement, à mieux éprouver et accueillir ses capacités. L’idée est d’aider les patients à réinvestir leur corps dans sa globalité et dans le mouvement. Par exemple nous utilisons le mime, les imitations, les déplacements sur supports musicaux… en favorisant l’écoute de soi et de l’autre.

Pourquoi aimez-vous votre métier ?

Nous apprécions la relation privilégiée avec les patients qui nous permet d’être témoin de leur réinvestissement psychique et corporel. Voir un patient « habiter » à nouveau son corps donne tout son sens à notre travail !

Ouvert en 1969 sur la commune de Saint-Genis-Laval, l’hôpital Henry Gabrielle est spécialisé dans la médecine physique et de réadaptation. Reconnu au niveau national, il est un établissement de pointe dans la rééducation des affections neurologiques, les prises en charge des blessures médullaires, traumatismes crâniens, suivis post-AVC, pathologies tumorales et dégénératives et en rééducation neuro-périnéale et sexologique.

En savoir plus

Lire aussi : 

Retrouvez l’hôpital Henry Gabrielle sur facebook