Consulter un medecin

Thérapie par CAR-T cells : des cellules dressées au combat contre le cancer du sang

Publié le 25-06-2020
Le service d’hématologie clinique de l'hôpital Lyon Sud traite son 100e patient atteint d’un lymphome réfractaire grâce à la thérapie révolutionnaire par CAR-T cells.

En 2017, le service d’hématologie clinique des HCL basé à l'hôpital lyon Sud, était le premier en France à tester cette thérapie novatrice dans le cadre d’une étude internationale. Depuis l’été 2018, le traitement par CAR-T cells a été approuvé en Europe pour traiter deux cancers du sang chez les patients en situation d’échec thérapeutique : les lymphomes B à grandes cellules et la leucémie lymphoblastique B de l’enfant et du jeune adulte jusqu’à 25 ans. Sur 400 patients traités en France dans 20 centres experts, 100 ont été soignés aux HCL.

De la famille des nouveaux traitements d’immunothérapie, les CAR-T cells sont fabriquées à partir des propres cellules immunitaires du patient. Le principe consiste à prélever les lymphocytes T du patient (globules blancs) et à les modifier génétiquement en laboratoire afin de les munir d’un récepteur artificiel, le CAR. Réinjectées au patient, les cellules modifiées se transforment en tueurs d’élite, capables d’identifier et d’attaquer une tumeur. « Seul un petit nombre de cellules modifiées (100 à 200 millions) est réinjecté dans le corps du patient. Elles vont ensuite se démultiplier jusqu’à 100 000 fois dans l’organisme pour venir détruire les cellules tumorales », complète le Pr Gilles Salles, chef du service d’hématologie clinique.

Un nouvel espoir pour des patients dans l'impasse thérapeutique

Actuellement, on observe jusqu’à 50 % de réponse complète du traitement par CAR-T cells dans le lymphome diffus à grandes cellules B et 60 % dans la leucémie aigue lymphoblastique à cellules B. Cette thérapie de dernier recours donne donc un espoir important à des patients ayant subi plusieurs échecs thérapeutiques et/ou trop âgés pour subir une autogreffe. C’est le cas d’Annie, qui habite en Haute-Loire. Après deux hôpitaux et plusieurs échecs de protocoles de chimiothérapie, la septuagénaire a été traitée dans le service. Elle est aujourd'hui en rémission depuis 15 mois. Lire l'émouvant témoignage d'Annie.

Quand je suis arrivée à Lyon, j'étais en piteux état, je ne pouvais même plus marcher, mais le Pr Hervé Ghesquières m'a dit 'Moi, j'y crois'. C’est un protocole très lourd et pénible, mais j’ai été soignée par une équipe formidable".

Les CAR-T cells sont au cœur de nombreux projets de recherche et ouvrent un nouveau champ des possible. Un nouveau CAR-T traite également désormais le lymphome à cellules du manteau, maladie jusqu’à présent incurable. Deux tiers des patients, pourtant réfractaires à trois voire quatre traitements, ne rechuteront pas à un an. Les recherches se poursuivent également pour soigner d’autres formes de lymphomes et de leucémies. Et traiter le myélome multiple, une autre maladie incurable, sera la prochaine étape de la thérapie cellulaire.

"Nous explorons aussi les combinaisons de traitements pour améliorer la qualité des lymphocytes T avant prélèvement, en vue de fabriquer des CAR-T d’encore meilleure qualité", conclut le Pr Gilles Salles.

Suivez l'hôpital Lyon Sud sur Facebook.

Consulter aussi :